Gracieuseté. Plusieurs contraventions avaient été remises aux automobilistes mal garés sur la rue Boyer le mercredi 16 novembre, en après-midi.

Plusieurs dizaines de contraventions ont été remises à des automobilistes qui ont stationné leur véhicule sur la rue Boyer, mercredi.

«Presque toutes les voitures ont reçu une contravention sur Boyer jusqu’à Villeray», a affirmé Daniel Desbiens, un résident du secteur.

Depuis mardi, les règles de stationnement ont changé sur cette rue car la piste cyclable qui s’y trouve est fermée pour la saison hivernale. Les automobilistes ne doivent donc plus garer leur véhicule à l’extérieur de la piste, mais bien en bordure du trottoir.

«Je comprends qu’ils respectent la réglementation, mais là, c’est de l’abus, a fustigé M. Desbiens. Il y avait un agent de stationnement qui attendait dans sa voiture pour remettre des « tickets » à tout le monde cet après-midi.»

«13h sur la rue Boyer… Toutes les voitures stationnées en bordure de la piste cyclable ont une contravention entre Rosemont et Bellechasse. Il y a une seule pancarte qui informe que la piste cyclable ferme le 15 novembre à chaque coin de rue. Je suis dégoûtée solide», a dénoncé une internaute sur Facebook.

Selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), les agents de stationnement n’avaient d’autres choix que d’intervenir dans cette situation.

«Les personnes qui sont correctement stationnées en bordure du trottoir sont coincées par les automobilistes garés à l’extérieur de la piste cyclable. C’est exceptionnel, d’habitude nous donnons une journée de grâce avant de donner des contraventions, pour que les gens s’habituent aux nouvelles règles», explique Sylvain Sauvageau, chef de section de l’application des règlements de stationnement au SPVM.

Le chef de section indique que des avertissements ne peuvent pas être remis, comme c’est le cas avant les périodes de déneigement, puisque les agents responsables du stationnement sont des employés de la Ville qui n’ont pas ce pouvoir.

L’agent Sauvageau reconnaît que l’automne et le printemps sont des périodes parfois «difficiles» en matière de stationnement.

Mise à jour: Au lendemain des événements, le maire de l’arrondissement de Rosemont – La Petite-Patrie, François W. Croteau à diffusé un message sur sa page Facebook en réponse aux citoyens mécontents.

«Quand la police ou les agents de stationnement donnent des tickets, les arrondissements n’ont rien à voir dans cela. Ça relève du SPVM et de la Ville. De plus, les arrondissements ne reçoivent aucun revenu des tickets. Tout va à la Ville et n’est pas redistribué aux arrondissements», a écrit M. Croteau.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus