EPA Les admiratrices d’Anders Breivik se demandent peut-être : «Est-il présentable?»

L’homme qui a tué 77 personnes en Norvège a des fans dévoués. Il reçoit des milliers de lettres chaque jour. Mais qui donc écrit à un massacreur?

«La plupart sont des femmes. Certaines veulent apprendre de lui, d’autres veulent le sauver», résume l’avocate Geir Lippestad à propos des courriels passionnés que reçoit régulièrement son client, le massacreur norvégien Anders Breivik. «Je reçois beaucoup de lettres sur lesquelles sont apposés de petits coeurs ou l’empreinte rouge d’un baiser.»

Le résident le plus (tristement) célèbre de la prison Ila, en Norvège, est aussi le plus désiré; à tel point que les agents de prison compilent des milliers de messages de fans chaque jour. Le tueur de 77 personnes, un narcissique avoué, répond diligemment à plusieurs missives.

Une de ses adeptes, Niina Berwick, se décrit comme une jeune artiste finnoise de 19 ans, qui peint des portraits et appuie les droits des homosexuels. Elle gère une page web dédiée à Breivik, qu’elle décrit comme un exemple à suivre, tout en niant être une «groupie nunuche».

«Breivik suscite l’admiration pour sa bravoure», explique-t-elle. La jeune femme dit bénéficier de l’appui de Brothers & Sisters, un groupe d’environ 2 000 personnes qui a rédigé un manifeste et plusieurs textes contre le multiculturalisme.

Mais l’intérêt que suscite Breivik dépasse ses positions politiques. «Je mentirais si je disais qu’il n’est pas attirant», confie Niina Berwick, ajoutant qu’elle le trouve «beau et intelligent».

Une autre admiratrice de Breivik, «Valkyrie» – une universitaire au début de la vingtaine, selon sa propre description –, attribue le charme du tueur à «son sens de l’humour». «Il parvient facilement à vous remonter le moral… Quand les procureurs ou les psychiatres essaient de le faire sortir de ses gonds, Breivik sourit ou rit dans leur face, ce qui le rend encore plus sympathique.»

Anders Breivik n’est pas le premier criminel impitoyable à faire l’objet d’un culte. Ricardo Night Stalker, alias Ricardo Ramirez, et Josef Fritzl sont aussi devenus pour certains des sexe-symboles peu communs après avoir commis des crimes horribles. Le criminologue américain Jack Levin croit que les «fans de tueurs» sont «des femmes qui pourraient aussi tenir une correspondance avec une rockstar».

Les experts estiment que ce comportement doit être compris et traité, puisqu’il risque de nourrir la violence. «Les admiratrices sont souvent des personnes ayant un goût pour le macabre, et cet intérêt peut être renforcé par l’effet de groupe», explique le psychologue anglais Gerard Bailes. «Il n’y a pas d’interrupteur on et off, mais l’exposition à certaines idées peut avoir des conséquences, et les personnes vulnérables ont besoin d’être confrontées à un message différent.»

L’avocate de Breivik, Geir Lippestad, partage ce point de vue. «La communication entre les fans de tueur peut être malsaine, mais croire en la liberté d’expression signifie que nous ne pouvons pas l’arrêter», croit-elle.

***

Métro s’est entretenu avec le Prof. Peter Hepper, psychologue à l’Université Queen’s de Belfast et auteur de Dans la tête d’un tueur en série

Quel type de personnes envoie des lettres à Breivik?
Il semble que ce soit davantage des femmes que des hommes. Ce sont des gens qui proviennent souvent d’un même groupe démographique et qui prétendent pouvoir le comprendre. Dans ce cas-ci, on remarque qu’il s’agit de jeunes femmes qui ont développé quelque chose comme le culte des héros.

Est-ce que l’internet a rendu le culte du tueur plus populaire?
Ce médium a donné la possibilité aux gens de communiquer facilement avec des tueurs ou des admirateurs qui partagent les mêmes visions. Internet a aussi permis à ce type de public de s’accroître plus rapidement.

Est-ce que ces personnes risquent d’être instables, voire dangereuses?
Je dirais qu’à part cette attirance, qui n’est pas une maladie en soi, elles agissent relativement normalement. Il est extrêmement rare qu’un fan essaie d’imiter un tueur ou de reproduire ses crimes.

***

Les tueurs les plus aimés

  • Ricardo Ramirez
    Le Texan a réalisé plus d’une douzaine de meurtres sadiques, ce qui ne l’a pas empêché de recevoir des lettres d’admiration et des visites régulières à sa cellule. Une fan, l’éditrice Doreen Lioy, a épousé le tueur condamné à la peine de mort et a juré de se suicider après son décès.
  • Eric Harris et Dylan Klebold
    Plusieurs sites d’admiratrices ont été mis en ligne en l’honneur des auteurs de la fusillade de Columbine, soi-disant pour «tenir tête aux oppresseurs». Leur soutien s’est renforcé à la sortie du drame Elephant, un film à succès réalisé par Gus Van Sant qui raconte le massacre.
  • James Holmes
    Après avoir prétendument tué 12 personnes lors d’une projection du film Batman, Holmes est devenu une star sur Twitter. Des dizaines d’admiratrices ont pris soin de mentionner sur le site que le tueur était «séduisant», notamment grâce à ses cheveux orange distinctifs.

Les commentaires sont désormais fermés pour cet article.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!