Jae C. Hong Mitt Romney. Jae C. Hong / The Associated Press

WASHINGTON – Mitt Romney a signé cinq nouvelles victoires, mardi soir, dans le cadre de primaires concentrées dans le nord-est du pays, provoquant un raz-de-marée qui pourrait forcer Newt Gingrich à décider s’il est temps pour lui de passer à autre chose.

Un Newt Gingrich étonnement réaliste avait déclaré, plus tôt cette semaine, que son équipe de campagne devrait «se pencher sérieusement sur ce que nous faisons», si les résultats des primaires de mardi étaient décevants.

M. Gingrich espérait l’emporter au Delaware, un État où il a fait abondement campagne. C’est toutefois Mitt Romney qui est sorti victorieux de cette primaire, et de celles tenues en Pennsylvanie, au Connecticut, dans l’État de New York et au Rhode Island.

Par ailleurs, peu de temps après la confirmation de ces triomphes, Rick Santorum a confié qu’il s’attendait à donner son appui à M. Romney, le qualifiant de «candidat idéal» pour affronter Barack Obama.

Rick Santorum était le plus sérieux rival de M. Romney jusqu’à son retrait de la course il y a deux semaines.

De son côté, Newt Gingrich espérait rebondir au Delaware, ce qui aurait pu pousser ses donateurs à s’intéresser de nouveau à lui. Son équipe de campagne traîne actuellement une dette de plus de 4 millions $ US, et son plus grand contributeur, Sheldon Adelson, lui a essentiellement dit de regarder la réalité en face.

«Mitt Romney est clairement en tête de la course, mais cela ne veut pas dire qu’il soit incontournable», a dit M. Gingrich lundi au Delaware.

«Il est vraiment dangereux pour un candidat en tête d’agir comme s’il était incontournable, parce que les électeurs pourraient décider que ce n’est pas vrai.»

Depuis des mois, Newt Gingrich affirme qu’il veut empêcher Mitt Romney de remporter les 1144 délégués afin d’être lui-même nommé candidat lors d’une éventuelle convention «négociée».

Mais il n’a jamais été en mesure d’expliquer pourquoi des délégués se rallieraient à lui en août alors qu’ils sont ambivalents face à sa candidature depuis le début des primaires républicaines. Il n’a remporté que deux des quelque 40 États qui se sont déjà prononcés, soit la Géorgie et la Caroline du Sud.

Newt Gingrich, qui se considère comme l’intellectuel de la course républicaine qui ne compte plus que lui, Mitt Romney et le libertarien Ron Paul, a déclaré à plusieurs reprises qu’il avait l’avantage sur ses rivaux parce qu’il estime être le seul capable de tenir tête au président Barack Obama lors de la campagne pour l’élection présidentielle.

Même s’il a suggéré qu’une défaite au Delaware pourrait signer la fin de sa campagne, M. Gingrich s’est rangé mardi du côté des opposants au mariage entre personnes de même sexe en Caroline du Nord. Une mesure visant à interdire le mariage gai sera soumise au vote dans cet État le 8 mai, le même jour que les primaires républicaines.

Newt Gingrich a facilement remporté la Caroline du Sud en janvier et pense avoir des chances de l’emporter en Caroline du Nord. Mardi, son équipe de campagne a diffusé une vidéo dans laquelle M. Gingrich explique sa position sur l’interdiction du mariage entre conjoints de même sexe.

«Le mariage entre un homme et une femme est le coeur de notre civilisation», affirme M. Gingrich, qui a divorcé à deux reprises et qui est maintenant engagé dans un troisième mariage.

«C’est une croyance qui est désormais menacée, mais elle se retrouve au coeur de ce qui définit qui nous sommes. C’est votre chance de vous manifester et de voter, de voter pour la préservation de l’Amérique et de voter pour la préservation de cette institution vraiment fondamentale.»

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!