H/T au journaliste Phil Platt de l’excellent blogue Bad Astronomy sur le site Slate!

La nouvelle a fait le tour du monde (et de l’internet): une récente étude a déterminé que l’activité solaire diminuera de 60% d’ici 2030, plongeant la Terre dans une mini-période glaciaire, comme on a connu en Europe entre les années 1645 et 1715.

Et nous qui pensions que nous devions faire quelque chose à propos des changements climatiques! Pouah!

Plusieurs médias ont repris la nouvelle, dont les collègues de l’inspecteur viral chez Métronews, en France.

Mais comme c’est toujours le cas quand on prend comme source un article d’un tabloïd britannique, la vérité est beaucoup moins sensationnaliste.

En fait l’étude en question parle d’activité solaire, et non de conditions climatiques sur la Terre. On suggère que le soleil entrera une période où l’activité solaire ressemblera à celle qui a eu lieu pendant la mini-période glaciaire du Moyen-Âge… mais on ne suggère pas que les conditions climatiques seront similaires.

L’inspecteur viral répète: l’étude en question ne mentionne aucunement le climat. On parle du soleil. Il y a là une grosse différence.

En fait, la période glaciaire du Moyen-Âge semble avoir été causée par des volcans, beaucoup plus que par l’activité solaire.

ThinkstockPhotos-104634356

Le soleil a bel et bien un cycle d’activité de 11 ans, et il est possible qu’on entre dans une période où l’activité sera particulièrement faible. Le hic, c’est que l’activité solaire fait fluctuer l’énergie totale qu’émet notre belle étoile de… 0,1%.

En d’autres mots, même si l’activité solaire atteint son niveau le plus bas jamais observé, l’énergie solaire totale qui atteindra la Terre diminuera de 0,1%. C’est minime.

En fait, le carbone relâché par les humains a un effet beaucoup plus important sur le climat que l’activité solaire.

Voici une citation d’une étude, publiée dans la revue Nature, qui s’est penchée sur le sujet: «Toute réduction dans la température moyenne près de la surface terrestre due à une réduction de l’activité solaire représentera vraisemblablement une petite fraction du réchauffement climatique anthropogénique projeté.»

On parle d’une réduction de 0,13°C à 0,12°C, si on prend en compte le réchauffement climatique.

Voici une autre étude qui a examiné l’effet de l’activité solaire sur le climat au cours des 1000 dernières années. Conclusion: «Nous avons déterminé que l’activité solaire a probablement eu un impact mineur sur le climat de l’hémisphère Nord au cours des 1000 dernières années, alors que l’activité volcanique et les changement dans les concentrations de gaz à effet de serre semblent avoir eu une influence plus importante sur cette période».

Vous n’y croyez pas?

Voici un graphique qui montre la température moyenne et l’activité solaire.

Solar_vs_temp_1024

Crédit: Skeptical Science

Vous verrez que, en termes d’activité solaire moyenne sur une période de 11 ans, nous nous retrouvons au même niveau que 1945. Et la température, elle? Elle est de 0,5 degrés Celsius plus élevée.

Soyez rassurés, et ne troquez pas vos shorts pour un parka de sitôt: nous nous en allons toujours vers un réchauffement climatique assez effrayant, peu importe ce que des tabloïds sensationnalistes vous porteraient à croire.

Aussi dans Inspecteur viral :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!