Il ne faut pas se le cacher, les «Minions» sont partout. Vous ne savez pas ce que c’est, un Minion? Si c’est le cas, eh bien, l’inspecteur vous souhaite prompt rétablissement, parce que vous venez sans doute de passer les six derniers mois de votre vie naufragé sur une île déserte.

Mais pour être au clair, voici ce à quoi ces fameux Minions ressemblent:

Minions

Beaucoup (trop) de gens s’approprient depuis un certain moment les Minions pour en faire des memes, dans le but d’exprimer leurs états d’âme, leurs frustrations, leurs émotions (hey gang, avez-vous déjà pensé à écrire un poème, composer une chanson ou créer une danse interprétative?):

La Page Citation des Minions a un peu plus de 482 000 mentions «j’aime».

Devant toute cette popularité, il fallait s’attendre à un backlash important. Et le voici:

imrs.php

(La publication Facebook qui se retrouvait ici a été retirée. Voici une capture d’écran de la version chilienne du canular.)

L’idée est que les Minions sont en fait inspirés des nazis. «Saviez-vous que « Minions » (de l’allemand minion qui signifie sbire) était le nom donné aux enfants juifs adoptés par les scientifiques nazis pour leurs expériences», explique-t-on, le tout assorti d’une photo en noir et blanc de ce qui pourrait ressembler à des Minions.

Premièrement, le mot «minion» n’existe pas dans la langue allemande (du moins, jusqu’à ce que le film sorte). Il y a toute une panoplie de mots pour «sbire» en allemand, mais pas de «minion».

Donc il y a ça.

De plus, la photo en question date de 1908. C’est bien avant l’émergence des nazis (Adolf Hitler n’avait que 19 ans à l’époque!).

La photo montre plutôt le système Hall and Rees, qui servait à évacuer des marins d’un sous-marin lors d’un accident en submersion.

Enfin, nos collègues au Journal de Montréal affirment qu’il s’agit d’un canular qui nous provient du Chili.

«Avec ce canular, Luciano Gonzalez voulait démontrer que 90% des internautes croient n’importe quelle information dès qu’elle est introduite par « le saviez-vous? »», écrivent nos collègues, en citant le quotidien El País.

Ça, l’inspecteur le savait déjà. Vous, le saviez-vous?

Aussi dans Inspecteur viral :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!