L’inspecteur viral a de moins en moins de patience pour des articles «nutritifs» qui nous apprennent qu’un produit qu’on consomme quotidiennement est «toxique» et «dangereux pour la santé».

Encore moins lorsque l’article en question semble faire la promotion d’un autre produit qui, lui, est (bien sûr) sécuritaire.

Voici la publication Facebook (TOUT EN MAJUSCULES):

On explique dans l’article que la limonade de marque Sealtest contient des ingrédients dangereux, tels «l’huile de soya brominée, le tartrazine, le BHT et l’acétate isobutyrate de sucrose (Qu’est-ce que ça veut dire?)». L’inspecteur viral trouve curieux qu’un auteur qui se décrit comme «Bachelier Es Science, spécialité chimie» fasse preuve d’autant de consternation devant une appellation chimique.

Bon, c’est le temps d’une liste!!!

1. L’huile de soya brominée

ThinkstockPhotos-72991313

Cet ingrédient est le plus «dangereux» dans cette liste. C’est un additif qui permet d’émulsifier une solution, pour éviter que les ingrédients se séparent.

Il y a en effet eu quelques cas de personnes qui ont subi des conséquences néfastes dues à leur consommation de boissons contenant l’huile de soya brominée, connue sous le nom BVO (brominated vegetable oil). Par exemple, selon la Mayo clinic, on parle de consommation de boisson gazeuses contenant du BVO à hauteur de… plus de 2 litres.

Par jour.

Sur une longue période.

Dans cette étude, on parle d’un homme qui consommait entre 2 et 4l (!!!) de cola par jour. Il souffrait de plusieurs symptômes, dont des maux de tête, de la fatigue, de troubles de l’équilibre et de perte de mémoire.

Comptez-vous boire de 2 à 4l de limonade par jour? L’inspecteur espère que non.

Le BVO était approuvé sans équivoque par la Food and Drug Administration (FDA) américaine, mais l’additif est maintenant sous étude, juste au cas. Plusieurs compagnies ont décidé tout de même de retirer le BVO de leurs boissons gazeuses et de le remplacer par une autre substance (voir plus bas).

Verdict: Remarquez que le BVO est un des derniers ingrédients sur la liste de ceux qu’on retrouve dans la limonade Sealtest, ce qui veut dire qu’il n’en a probablement pas beaucoup. Panique-o-mètre: 2/10

2. Tartrazine

ThinkstockPhotos-122397844

C’est un colorant, utilisé dans les aliments de couleur jaune.

Dans l’article, on affirme que le tartrazine cause un trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) chez les enfants.

Selon la Mayo clinic, il n’y a aucune preuve solide que c’est le cas. Certaines personnes affirment que les symptômes de TDAH de leurs enfants diminuent lorsqu’on leur donne une diète sans colorants artificiels ou additifs, mais le Mayo clinique juge qu’il faudrait plus d’études pour voir si c’est vraiment le cas, tout comme l’université du Maryland.

Verdict: Aucune preuve, à part quelques anecdotes, des «faits» avancés. Panique-o-mètre: 1/10

«AHHHHH! NOUS ALLONS TOUS MOURIR!!!» – internet

3. BHT

Grim Reaper on the road

Premièrement, notre auteur s’est trompé: ce n’est pas du Hydroxytoluène butylé (BHT) dans la limonade, mais du Hydroxyanisole butylé (BHA). Rigueur.

Le BHA est un antioxydant.

Est-il dangereux? Quelque 120 852 hommes et femmes ont participé à une vaste étude sur le BHA et son frère le BHT, qui a duré de 1986 à 2000. Selon les résultats, il n’y a aucun lien entre une consommation «habituelle» de BHA ou de BHT et le cancer de l’estomac. Même que l’incidence de cancer de l’estomac a diminué avec la consommation de ces substances.

Il y a eu, en effet, des études qui ont démontré que certains animaux ont développé des cancers lorsqu’on les gavait au BHA. On parle de doses monstres. Mais encore une fois, c’est la dose qui fait le poison. À des concentrations qu’on retrouve dans les aliments, le BHA est «probablement inoffensif».

En ce qui a trait à l’affirmation que le BHA cause des troubles TDAH chez les enfants, faites une recherche Google. Les seuls résultats proviennent de sites qui prétendent entre autres qu’on peut traiter l’autisme avec les aliments (c’est faux).

L’inspecteur vous ferait remarquer qu’il y a du cyanure dans les pépins de pommes, mais la dose est tellement minuscule que personne ne dit qu’il faudrait arrêter de manger des pommes.

Capture d’écran 2015-08-11 à 12.34.16

…maudit.

Verdict: C’est aussi sécuritaire que sauter dans une boule d’ouate géante avec un casque et un parachute. Panique-o-mètre: -10/10

4. L’acétate isobutyrate de sucrose (Qu’est-ce que ça veut dire?)

Corpse

Cette substance est censée remplacer l’huile de soya brominée. L’Union européenne permet son utilisation à des concentrations de moins de 300 mg/l.

Dans son rapport rédigé en 1992, la Commission européenne jugeait que cet ingrédient n’avait aucun effet néfaste sur la santé des humains à des doses de moins de 1g pour chaque kg du poids de la personne. Pour être bien sûre, la Commission a déterminé qu’une dose sécuritaire serait de 100 fois moins, soit 10 mg/kg. Santé Canada juge que la dose sécuritaire est de 20mg/kg de poids corporel par jour.

Même le Environmental Working Group (EWG), un groupe bien connu pour sa méfiance envers toute substance «toxique», qualifie le risque associé à l’acétate isobutyrate de sucrose de «bas».

Si vous parcourez l’internet, vous verrez sûrement que cette substance a provoqué des problèmes de foie chez des chiens lors de tests en laboratoire. Soit. Mais les chiens ne métabolisent pas cette substance de la même manière que les humains, un fait qui est très facile à voir dans toutes les études citées dans ces articles (et qu’on oublie de mentionner).

Verdict: Si le EWG ne capote pas, ça dit tout. Panique-o-mètre: 1/10

Verdict final

Est-ce que cette boisson est bonne pour la santé? Sans doute que non, avec ses 24g de sucre par portion.

Est-ce qu’elle est toxique, au point de mériter une publication Facebook toute en majuscules? À vous de juger.

Aussi dans Inspecteur viral :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!