Le 20 juin prochain, 50 000 personnes et des chefs d’État de plus de 100 pays vont se réunir à Rio de Janeiro au Brésil pour discuter de l’avenir de notre planète. Rio+20 est le p’tit nom de cette conférence des Nations unies qui portera sur le développement durable. La bonne nouvelle, c’est qu’on tiendra cette rencontre. La moins bonne nouvelle est que, à moins de faire partie d’un groupe de recherche sur l’économie verte ou la gouvernance mondiale de l’environnement (les deux thèmes de la rencontre), l’écrasante majorité des Nord-Américains ne savent même pas qu’elle aura lieu.

Voilà pourquoi Équiterre et ses partenaires ont lancé une série d’activités pour sensibiliser les Québécois aux enjeux de cette conférence. Québec, Terrebonne, Sherbrooke, Montréal et Gatineau sont les arrêts prévus de cette tournée sur l’économie verte. Souhaitant rejoindre le milieu des affaires, Équiterre s’est associé à des partenaires de ce milieu et a recruté des conférenciers tel que Daniel Gauthier, cofondateur du Cirque du Soleil et promoteur du Massif, Hélène V. Gagnon, vice-présidente, Affaires publiques, communications et responsabilité sociale d’entreprise de Bombardier Aéronautique, et Vincent Chornet, PDG du groupe Enerkem.

Ces conférenciers ont en commun le souhait de faire du développement durable l’un des fondements de leur stratégie d’entreprise. L’économie verte rassemble les entreprises rentables qui protègent l’environnement tout en se préoccupant de l’impact social de ce développement.

Comme le souligne Hélène V. Gagnon, «cette tournée est une occasion de mobiliser les acteurs économiques québécois autour de l’économie verte et du développement durable. C’est aussi l’occasion de présenter des modèles d’affaires et des pratiques innovatrices en matière de développement durable à l’échelle locale et mondiale. Une source d’inspiration, on l’espère, pour les ²leaders² économiques du Québec, qui ont un rôle important à jouer pour l’avenir de notre planète.»

Équiterre a également préparé des évènements s’adressant au grand public. Steven Guilbeault, porte-parole de l’organisme, prendra la parole sur différentes tribunes à travers le Québec. Selon lui, «il s’agit d’une très belle occasion de démystifier le sujet de l’économie verte avec les citoyens et de réfléchir aux gestes que nous pouvons poser collectivement et individuellement».

Si on veut des politiciens engagés, il faut d’abord des citoyens sensibilisés. Espérons que nos leaders entendront ce message et le porterons pour nous à Rio+20.

Une délégation d’Équiterre sera au Brésil et suivra de près les négociations. Il sera possible de consulter le site d’Équiterre pour de plus amples informations sur le déroulement de cet évènement international.

En passant, pourquoi parle-t-on de Rio+20? Parce qu’il y a 20 ans, c’est aussi à Rio qu’avait eu lieu cette conférence. On y avait signé d’importants traités sur les changements climatiques et la biodiversité. Or, ces traités ont façonné l’action des États, des entreprises et des citoyens depuis 20 ans. En fait, c’est grâce à ce Sommet de la Terre de Rio, en 1992, que nous pouvons aujourd’hui parler d’une économie verte.

J’espère que vous serez des nôtres dans les prochaines semaines pour discuter de cette importante conférence.

Aussi dans Maison du développement durable :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!