Getty Images/iStockphoto Ces quatre souhaits constitueraient déjà d’énormes avancées pour l’avenir de Montréal et du Québec en général.

Pour ma dernière chronique de l’année, j’ai décidé de te faire parvenir une liste de cadeaux que tu pourrais nous offrir en 2017.

Loin de moi l’idée de vouloir t’imposer quoi que ce soit, mais ce qui apparaît dans cette liste ne vise qu’à améliorer notre sort collectif, notre paysage urbain, afin de le rendre plus attractif, plus convivial et plus performant sur le plan économique.

Tu remarqueras d’ailleurs que certains de ces cadeaux ne coûteraient pratiquement rien à mettre en place. J’y vais de suggestions pour faire évoluer nos pratiques quand vient le temps d’aménager la ville avec de nouveaux critères, voire de nouveaux paradigmes, qui généreront à long terme de grandes richesses collectives.
Voici donc ma fameuse liste de cadeaux.

1. Une politique nationale de l’architecture
Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Saint-Laurent, le Plateau, le Sud-Ouest, Laval, Québec et plusieurs autres municipalités se sont déjà exprimés en faveur d’une telle politique. Celle-ci viserait à accroître la qualité de notre patrimoine bâti, non seulement sur le plan esthétique mais également grâce à des critères de sélection basés sur l’innovation, la créativité et la durabilité pour tous nos projets publics. Pas simplement la facture la moins dispendieuse ! Le moment est d’ailleurs parfait pour nous l’offrir puisque le ministère de la Culture réfléchit actuellement au renouvellement de la politique culturelle du Québec. Et ne l’oublions pas : l’architecture est un pilier de notre ADN culturel.

2. Une réflexion panquébécoise sur l’école du XXIe siècle
Un tel exercice nous inviterait à repenser le milieu d’apprentissage de nos enfants au-delà du cursus scolaire. Comment rendre nos écoles plus attrayantes, plus lumineuses et mieux adaptées aux réalités des jeunes d’aujourd’hui? Pourrait-on décloisonner le secteur de l’éducation en l’ouvrant aux concepteurs de toutes les générations et peut-être même aux concours d’architecture, comme on le fait depuis déjà longtemps dans plusieurs pays européens?

3. Une politique du 5% pour le transport actif
Comme le proposent notamment le Centre d’écologie urbaine et Vélo Québec, un budget minimal de 5% des sommes totales investies dans tout projet de réfection routière devrait être spécifiquement consacré au développement des réseaux cyclables et des quartiers piétonniers. On le fait avec la règle du 1% pour l’art public, pourquoi pas pour la mobilité urbaine si on a véritablement à cœur les déplacements actifs et la santé publique?

4. Une confirmation pour le prolongement de la ligne bleue du métro
Pendant que le projet de train électrique de la Caisse de dépôt avance à la vitesse grand V, l’ambition du gouvernement du Québec pour l’extension du métro semble plutôt en panne. Des millions ont déjà été dépensés en études de faisabilité sans qu’il y ait eu d’engagement formel à réaliser le projet pour autant. Peut-on espérer un tel cadeau pour 2017?

Je m’arrête ici. J’aurais pu en ajouter plusieurs autres, mais ces quatre souhaits constitueraient déjà d’énormes avancées pour l’avenir de Montréal et du Québec en général. Est-ce trop demander? J’ose espérer que non. Nous sommes rendus là, il me semble, cher père Noël.

Bref, je te laisserai un verre de lait et des biscuits à côté de notre grand sapin laid du Quartier des spectacles. On t’attend impatiemment avec ta poche de cadeaux.

Merci d’avance et joyeux temps des Fêtes!

Aussi dans Maison :

blog comments powered by Disqus