Métro Une étude novatrice démontre, entre autres, que suivre une formation continue aurait un effet positif sur la santé, modifierait le statut professionnel, influencerait la vie sociale et stimulerait le bénévolat.

Que ce soit pour augmenter sa compétitivité, sa productivité, ses compétences, ou pour changer de domaine, la formation continue est une voie privilégiée par de nombreux professionnels. Et si elle est bénéfique d’un point de vue professionnel, elle est également bonne pour le moral.

Selon une étude de Daniel Fujiwara, économiste à la London School of Economics and Political Science, parue en 2012, suivre une formation continue aurait un effet bénéfique sur le bien-être général des individus. Cela aurait également un impact positif sur la santé, modifierait le statut professionnel, influencerait la vie sociale et stimulerait le bénévolat. L’étude, menée au Royaume-Uni, s’appuie sur des résultats obtenus dans le cadre d’un sondage réalisé auprès de 10 000 personnes.

«L’étude met clairement en évidence le lien entre le fait de suivre une formation continue à temps partiel et quatre aspects du bien-être que sont la santé, l’emploi, les relations sociales et la volonté de faire du bénévolat», explique Yves Chochard, professeur à la Faculté des sciences de l’éducation de l’UQAM.

«En matière de santé, l’étude révèle que les personnes ayant suivi une formation continue estiment être en bonne santé et ne pas vivre d’anxiété. Elles ont également plus confiance en elles et sont moins déprimées», poursuit M. Chochard.

Toutefois, ce qui ressort le plus de l’étude britannique est l’incidence sur les relations sociales. «Les chercheurs ont émis l’hypothèse qu’en suivant une formation continue, l’individu s’entraîne à avoir des interactions sociales: il va se faire des amis. C’est ce qui expliquerait également l’engagement bénévole accru», note M. Chochard.

Une étude novatrice, puisqu’elle est une des rares à établir un lien de cause à effet entre la formation continue et le niveau de satisfaction général dans la vie d’un individu.

Jusqu’à présent, les recherches s’étaient surtout attardées aux effets de la formation continue sur la productivité du travailleur dans l’entreprise.

Normal, «les organisations veulent savoir si leur investissement en matière de formation continue aboutit à une amélioration des compétences ainsi qu’à une amélioration du fonctionnement de l’entreprise», rappelle le professeur de l’UQAM.

Il est bon de se sentir bon
De plus en plus nécessaire tout au long d’une carrière, la formation continue permet en outre à l’individu de devenir un acteur essentiel au sein de son entreprise. «Ce n’est pas seulement une formation de remise à jour des connaissances et des compétences, c’est aussi l’implication du professionnel dans le développement de son expertise», souligne Paul Bélanger, fondateur et directeur du Centre interdisciplinaire de recherche et développement sur l’éducation permanente.

Par la bande, cela lui donne l’occasion d’être plus autonome, plus créatif et de gagner en confiance. Pourquoi s’en priver?

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!