Métro Alors qu’autrefois, les choix de carrière étaient moins nombreux et souvent prédéterminés par la famille, les jeunes se retrouvent aujourd’hui devant un très grand éventail de choix de carrière.

L’avènement des technologies et l’évolution de la société nous font souvent parler de tous ces nouveaux métiers qui ont vu le jour au cours des dernières décennies. Mais plusieurs autres métiers sont exercés depuis des centaines d’années, voire des siècles, et seront toujours des métiers d’avenir.

Les médecins, les horlogers, les cordonniers, les coiffeurs ou encore les scientifiques n’ont peut-être pas, à première vue, beaucoup de points en commun, pourtant ils sont semblables sur un point: ces métiers sont pratiqués depuis longtemps et ne risquent pas de disparaître de sitôt.

«Les métiers qui existent depuis longtemps sont souvent très près de nous et répondent à des besoins concrets», fait valoir Martin Rochette, président-directeur général et éditeur chez Septembre éditeur, qui publie, entre autres, un palmarès des carrières d’avenir chaque année.

«Quand on y pense, les vieux métiers qui sont encore exercés aujourd’hui sont très nombreux», continue M. Rochette. Leurs pratiques ont certes souvent évolué avec les nouvelles technologies et les nouvelles connaissances, comme pour les ingénieurs, les architectes ou encore les graphistes (autrefois appelés dessinateurs publicitaires et maintenant infographistes), mais la base est restée la même.

En bref
Ces vieux métiers disparus :

  • Livreur de glaçons
  • Poseur de quilles
  • Laitier
  • Allumeur de réverbères
  • Cocher
  • Chiffonnier
  • Écrivain public

Des choix de carrière de plus en plus nombreux
Alors que les choix de carrière étaient autrefois moins nombreux et souvent prédéterminés par la famille, les jeunes se retrouvent aujourd’hui devant un très grand éventail de choix de carrière. «On voit souvent des familles de médecins, d’avocats ou d’entrepreneurs de génération en génération, mais je crois que c’est moins systématique qu’auparavant, étant donné la grande diversité du marché du travail», affirme M. Rochette.

«Les possibilités de carrière sont tellement nombreuses aujourd’hui qu’il peut parfois être difficile de s’y retrouver», ajoute l’éditeur. À lui seul, le Palmarès des Carrières 2015 ne présente pas moins de 150 métiers.

Pour y voir plus clair, Martin Rochette recommande aux jeunes de profiter de toutes les occasions qu’offrent les milieux scolaires pour explorer différents domaines. «S’impliquer dans les activités parascolaires permet de se connaître et de tester ses intérêts», affirme-t-il. Plusieurs services, comme les Jeunes Explorateurs d’un jour ou Academos qui offre du mentorat, permettent aussi aux jeunes de découvrir le marché du travail.

Liste non exhaustive
À défaut de pouvoir dresser une liste exhaustive, voici un survol de quelques vieux métiers encore très actuels et en demande aujourd’hui. Leur étendue et diversité démontrent que bien des besoins restent les mêmes malgré le temps qui passe et le monde qui évolue…

  • Santé et soins aux personnes : Médecin, infirmier, préposé aux bénéficiaires, dentiste, hygiéniste dentaire, service aux personnes, aide familiale, psychologue, opticien.
  • Services : Coiffeur, barbier, horloger, cordonnier, couturier, chapelier, éboueur, homme et femme de ménage, journalier, messager, pompier, tailleur, avocat, greffier.
  • Construction : Entrepreneur, briqueteur, ferblantier, menuisier, ébéniste, plombier, ingénieur, architecte, tailleur de pierre, arpenteur, charpentier, couvreur, bûcheron.
  • Alimentation : Boucher, boulanger, cuisinier, serveur, plongeur, agriculteur, éleveur, épicier, pêcheur, maraîcher, pâtissier, poissonnier.
  • Arts et divertissement : Comédien, chanteur, danseur, metteur en scène, artisan, artiste peintre, sculpteur, écrivain.
  • Recherche et enseignement : Scientifique, chercheur, enseignant.
  • Métiers plus insolites : Ramoneur, accordeur de piano, accordeur d’orgue, entrepreneur de pompes funèbres, garde forestier, marin, bijoutier, perruquier.

Aussi dans Carrières :

blog comments powered by Disqus