Gene J. Puskar Adam Larsson, Joe Vitale. Gene J. Puskar / The Associated Press

Le directeur général des Oilers d’Edmonton, Peter Chiarelli, est passé bien près de s’excuser de l’échange qui a envoyé l’ancien premier choix Taylor Hall aux Devils du New Jersey.

«Ce qui est dommage dans ces transactions, c’est que c’est la chose à faire, a mentionné Chiarelli. Je suis allé chercher un joueur que j’ai regardé attentivement cette saison et je voyais que son jeu s’améliorait. C’était le moment d’agir.»

Ce joueur, c’est le défenseur de 23 ans Adam Larsson, un ancien quatrième choix au total lors du repêchage de 2011. Chiarelli compte maintenant sur lui pour remplir un vide qui existait en défense. Larsson a déjà complété cinq saisons dans la LNH, lui qui a rejoint les Devils à l’âge de 19 ans, et il commence à peine à s’établir.

Comme les Oilers, les Devils cherchaient désespérément un pilier en défense lorsqu’ils l’ont sélectionné en première ronde. Les dirigeants l’avaient d’ailleurs classé dans leur top-3.

«À ce moment, il était projeté comme un potentiel premier choix, s’est remémoré David Conte, le dépisteur en chef de l’équipe à l’époque. Je le voyais comme un défenseur pouvant jouer pendant 20 à 23 minutes par match en plus d’être très complet. Un joueur polyvalent.»

Même si la réaction populaire n’a pas été favorable à cette transaction des Oilers, Conte estime qu’ils ont été en mesure de combler un besoin. Il croit que Larsson a déjà atteint le potentiel que les Devils voyaient en lui, celui d’un défenseur de première paire capable de bouger la rondelle efficacement tout en engrangeant plusieurs minutes.

Conte note d’ailleurs que Larsson a mené les défenseurs des Devils au chapitre des points à forces égales avec 17. Les Devils l’ont utilisé sur leur première paire, le faisant jouer contre les meilleurs joueurs des autres équipes. Le Suédois n’a presque pas évolué sur l’avantage numérique, mais il a enregistré le troisième temps de glace le plus élevé en désavantage numérique parmi tous les arrières de la LNH.

Cependant, Larsson a maintenu un pourcentage de possession de rondelle à forces égales de 45 pour cent, un des pires à la position de défenseur, l’an dernier. Il appert aussi qu’il a subi une blessure en plus de faire partie d’une formation ayant marqué moins de buts que toutes les équipes de la LNH, la saison passée.

Conte croit que Larsson a fait des pas de géant dans un rôle défensif «au sein d’une équipe qui n’a pas marqué devant lui. Et cette attaque devrait grandement s’améliorer parce qu’il bougera un peu mieux la rondelle avec Connor McDavid qu’avec Tyler Kennedy».

S’il avait évolué avec les Oilers la saison dernière, ses 17 points à forces égales l’auraient placé au premier rang des défenseurs de l’équipe.

Conte affirme que Larsson est une personne dévouée à s’améliorer et qui pense à l’équipe avant tout.

«Ce n’est pas comme s’il avait pris la place de Kevin Lowe, a-t-il indiqué. Les Oilers possèdent de bons attaquants, mais ils doivent avoir la rondelle avant de pouvoir créer quelque chose. Les partisans veulent un joueur spectaculaire et flamboyant, mais les joueurs de l’équipe qui reçoivent la rondelle et la première passe vont l’aimer.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!