D’après P.K. Péladeau, le gouvernement ne devrait pas réviser cette loi à cause d’un conflit qui concerne moins de 200 personnes. Et si c’était l’inverse M. Péladeau? Si le gouvernement amendait cette loi pour rappeler à l’ordre UN employeur qui ne pense qu’à une chose : imposer à tout prix, et surtout, à n’importe quel prix SA vision des choses!

Lors de votre dernière offre patronale, vous avez mis comme condition la fermeture immédiate de ruefrontenac.com. De par cette seule condition, vous avez montré toute votre arrogance et votre priorité première : exterminer la concurrence.

À tous les M. Péladeau de ce monde, je dis : n’ou­bliez pas que «ce n’est pas parce qu’une chose est légale que cela veut dire qu’elle est morale». Si ce n’avait été de cet abus, la réforme du Code du travail ne serait même pas envisagée. En fait, c’est «grâce» à vous, M. Péladeau, si ce point est soulevé aujourd’hui. Alors, vous n’avez que vous-même à blâmer!

– Johanne Dubois

Aussi dans :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!