Depuis le début de 2011, Roger Federer est en territoire étranger. L’ancien numéro un mondial a glissé jusqu’au troisième rang du classement ATP, et certaines personnes suggèrent même qu’il devrait mettre fin à sa carrière. Le Suisse voit les choses tout autrement.

«J’ai toujours une grande passion pour le tennis, affirme-t-il. Tout le monde croyait que je n’avais plus de raison de jouer après ma victoire à Roland-Garros, ou quand j’ai battu le record de Pete Sampras. Je ne suis pas d’accord, je veux redevenir numéro un mondial. Tout ce dont j’ai besoin, c’est de quelques titres de Grand Chelem de plus.»

Une chose est sûre, Federer ne veut pas être vu comme un joueur de finesse qui ne fait pas assez d’effort – un athlète avec une technique extraordinaire qui ne s’entraîne pas assez rigoureusement pour demeurer au sommet. «Bien sûr, j’ai du talent, mais ce n’est pas assez, indique-t-il. Tu peux seulement devenir le meilleur si tu travailles très fort.»

Le Suisse est honnête toutefois et avoue que sa nouvelle vie de famille l’accapare beaucoup. «Certaines fois, je serais soulagé d’être éliminé rapidement pour avoir l’occasion de boire un café avec ma femme le lendemain matin.»

Aussi dans :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!