Avez-vous, vous aussi, des petits anges dans votre vie?

Nous avons demandé aux lecteurs de Métro de partout sur la planète ce
qu’ils avaient déjà fait pour rendre quelqu’un heureux. Voici ce qu’ils
nous ont répondu.

  • «Ma meilleure amie était triste et avait besoin de rire. Je me suis présentée à sa maison déguisée en clown, avec une rose à la main.»
  • «C’est arrivé à deux ou trois reprises que des amis traversent des moments difficiles sur le plan financier. Ma femme et moi allions à l’épicerie sans le leur dire, et nous leur offrions assez de nourriture pour une semaine.»
  • «J’ai donné le quart de mes vêtements à un organisme de charité et j’en ai fait un statut sur Facebook, encourageant mes amis à faire de même. C’était à l’époque des Fêtes, et j’espérais que mon entourage se concentre sur les gens qui ont BESOIN de choses et non sur ceux qui VEULENT des choses. Il y a une grande différence entre les deux. La société d’aujourd’hui semble avoir du mal à faire la part des choses.»
  • «J’ai déjà donné un mois de bourse pour aider un membre de ma famille à éponger ses dettes.»
  • «Mon mari et moi parrainons une enfant en Israël. Nous lui envoyons des lettres et des cadeaux de temps à autre. Nous sommes fiers de savoir que la petite a une deuxième famille qui veille sur elle.»
  • «J’ai décidé de rester auprès de mon fiancé (nous devions nous marier quelques mois plus tard) après qu’il a été victime d’une hémorragie cérébrale, il y a quatre ans. Il était incapable de parler, de lire, d’écrire ou de marcher. Nous sommes passés à travers cette épreuve à deux, et j’ai pu l’encourager à cheminer. Aujourd’hui, il est autonome et il a récupéré 90 % de ses capacités.»
  • «L’amie de ma fille avait du mal à communiquer avec sa famille. Ils avaient eu une grave dispute, et elle est venue passer quelques jours chez moi. Elle est finalement restée deux ans! Elle a maintenant son propre appartement dans le même complexe que nous, termine ses études secondaires et souhaite entrer au collège. Je voulais simplement qu’elle puisse vivre dans un environnement heureux.»
  • «Je donne parfois de petits spectacles impromptus en public. Juste pour égayer les gens.»
  • «Depuis plus d’un an maintenant, j’achète un café à la personne chanceuse qui me suit au service au volant du Tim Hortons. Je veux simplement que cette personne parte la journée du bon pied. Ça m’est arrivé une fois, et j’ai trouvé ça merveilleux. Je donne au suivant.»
  • «J’ai rendu à son propriétaire un iPhone 4 perdu dans un café.»
  • «J’ai aidé une femme qui se faisait agresser en pleine rue. J’ai entendu les cris de la dame, j’ai vu un homme, je me suis approché et j’ai demandé à l’homme de la lâcher. Il l’a fait et s’est enfui. Je croyais qu’il s’agissait d’un couple, mais c’était un inconnu qui l’attaquait.» 
  • «J’aime payer la facture d’une personne qui est seule au restaurant. Je le fais toujours de connivence avec la serveuse, sans que la personne concernée devine qui lui a offert le repas.»
  • «J’ai offert à mon frère un cadeau dont il avait vraiment besoin : du déodorant…»
  • «J’ai aidé une personne qui venait de se faire tirer dessus dans la rue. J’ai appelé la police et l’ambulance, puis je suis resté à ses côtés jusqu’à ce que les autorités arrivent.»
  • «Ce n’est pas extraordinaire, mais hier, j’ai réveillé un homme qui s’était endormi sur le quai du métro avec son portefeuille bien en vue dans les mains.»
  • «Je propose à des personnes de monter dans ma voiture quand le métro est en panne et qu’il fait froid dehors.»
  • «C’est trop personnel pour que ça soit publié dans Métro. Elle me tuerait…!»
  • «Lorsque j’étais enceinte, je portais un énorme manteau long. Mes amis me taquinaient et l’appelaient mon manteau-douillette. Cinq ans plus tard, ma fille et moi nous sommes liées d’amitié avec un sans-abri en fauteuil roulant. Par un jour d’hiver très froid, je me demandais ce que nous pourrions bien faire pour lui, à part lui offrir de l’argent et de la nourriture. Les yeux de ma fille se sont illuminés : «On peut lui donner le manteau-douillette!» Il était si gros qu’il était parfait pour cet homme, il lui couvrait tout le corps et les jambes.»  

Aussi dans :

blog comments powered by Disqus