Métro Bien que pratique pour les utilisateurs du transport en commun, le téléphone intelligent devra être utilisé à bon escient.

La Société de transport de Montréal (STM) a commencé à tester une technologie permettant le paiement mobile. Son président, Philippe Schobb, prévient toutefois qu’elle ne sera pas offerte prochainement à l’ensemble des usagers du transport en commun.

«C’est de la recherche et du développement, a insisté jeudi M. Schnobb, à la suite d’une présentation du Programme d’investissements 2017-2026 de la STM devant des élus montréalais. Quand on sera satisfait de son fonctionnement, on pourra aller voir ce que le marché a à proposer.»

Depuis la fin du mois d’octobre, une centaine d’employés de la STM, de la Société de transport de Laval et du Réseau de transport de Longueuil mettent à l’essai une application de paiement mobile, seulement disponible sur un téléphone Androïd, dans le réseau du métro. Le module d’achat utilisé est le même que celui qui a été conçu pour la recharge à distance de la carte Opus.

«Quand on achète, la puce [du téléphone] va télécharger le titre, a expliqué M. Schnobb en montrant l’application sur son téléphone. J’arrive au métro, mon téléphone est éteint, [je dépose mon téléphone sur le lecteur de la boîte de perception] et je rentre.»

L’application, que la STM a développée avec ses partenaires, a recours à la technologie Near Field Communication (NFC) et la puce RFID du téléphone. Elle ne fonctionne toutefois pas sur un téléphone iPhone. La STM a tenté de trouver une solution avec des représentants d’Apple, mais il semble que ne ça soit pas possible de faire fonctionner l’application sur un iPhone.

«Si on veut l’offrir à la clientèle, il faut que ça fonctionne pour tout le monde», a ajouté le directeur général de la STM, Luc Tremblay.

Pour le moment, l’application fonctionne bien, aux dires M. Schnobb. Ce dernier a indiqué que l’application devait fonctionner rapidement pour éviter de créer des lignes d’attente et s’adapter à la technologie contenue dans les boîtes de perception renouvelées en 2008 lors de l’arrivée de la carte Opus.

Même si le paiement mobile est envisagé à la STM, la carte Opus ne sera pas abandonnée de sitôt. La STM veut d’abord prendre le temps de faire une réflexion sur les nouvelles possibilités de paiement et de les mettre en place. C’est pourquoi elle investira 19M$ au cours des dix prochaines années pour maintenir le système de perception des titres de transport fonctionnant avec la carte Opus.

Quant au paiement comptant, il demeurera, a assuré Philippe Schnobb, afin que la clientèle moins bien nantie qui n’est pas en mesure d’acheter un téléphone intelligent, puisse avoir accès au métro et aux bus.

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus