Paul Chiasson/La Presse Canadienne Montréal avait accueilli une partie de la Coupe du monde féminine en 2015 au Stade olympique.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a réitéré sa volonté d’organiser une partie de la Coupe du monde 2026 de soccer, un rêve qu’il caresse depuis de nombreuses années.

«Montréal a tout pour recevoir la finale de la Coupe du monde de soccer», a déclaré mercredi après-midi M. Coderre lors d’une conférence sur la modernisation des équipements sportifs sur l’île.

L’ex-secrétaire d’État au Sport a dans sa mire le Mondial 2026, qui pourrait être organisé conjointement par plusieurs pays. Reconnaissant «un vieux rêve», Denis Coderre compte notamment convaincre la Fédération internationale de football association (FIFA) qui «est en train de se reprendre en main», après l’élection l’an passé de Gianni Infantino à la tête de l’instance internationale et de nombreux scandales de corruption qui ont mis à mal l’institution.

«Montréal est une ville de sports»
«On a lancé le message, c’est très clair», a indiqué le maire Coderre, au sujet d’une candidature de Montréal, assurant «avoir parlé avec le président de Soccer Canada», seul habilité à présenter une candidature.

«Montréal est une ville de sports, pas d’un sport, mais de sports», a souligné l’élu, évoquant notamment le succès de la Coupe du monde féminine et les huit rencontres organisées en 2015 au Stade olympique.

«Vous avez vu l’engouement pour le soccer. C’est le sport de participation le plus important au Canada», a mentionné Denis Coderre.

Le pays organisateur de cette Coupe du monde 2026 sera dévoilé en mai 2020. Pour la première fois de son histoire, la compétition réunira 48 équipes, contre 32 actuellement.

Pour éventuellement accueillir un tel événement, Montréal devra, en plus d’importantes rénovations de l’édifice, installer une pelouse naturelle dans le Stade olympique, si celui est choisi par l’administration municipale et les instances internationales. À ce jour, aucune Coupe du monde masculine ne s’est disputée sur un gazon synthétique.

Un investissement de 46,1M$ dans les infrastructures
Cette annonce s’inscrit dans le cadre de la présentation d’un plan d’investissements de 46,1M$ pour rénover les infrastructures sportives existantes.

D’ici 2019, de multiples équipements sportifs vont être remis à niveau. Près de 7,3M$ serviront à financer l’aménagement de patinoires extérieurs et réfrigérés, qui favorisera notamment la pratique du hockey malgré les changements climatiques.

Un règlement d’emprunt de 13,4M$ a également été décidé pour rajeunir les terrains de baseball montréalais. Une quinzaine en 2017 puis une dizaine l’année prochaine sont concernées.

Un total de 10M$ permettra la mise aux normes des pataugeoires et piscines municipales. Près de 9M$ seront quant à eux utilisés pour améliorer les terrains extérieurs de soccer, tennis, rugby et athlétisme. Enfin, 6,4M$ vont être utilisés pour financer des travaux de réfection au TAZ, aux complexes sportifs Marie-Victorin, à Montréal-Nord, et Claude-Robillard.

Montréal espère accueillir dans ce centre érigé pour les Jeux olympiques de 1976 les Championnats canadiens d’athlétisme en 2019 et 2020

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!