Archives Métro

Michael Applebaum accuse le maire du Plateau–Mont-Royal, Luc Ferrandez, de faire de l’arrondissement son «petit laboratoire personnel». Le président du comité exécutif de la Ville de Montréal dénonce la proposition de M. Ferrandez d’exiger un montant d’argent aux propriétaires lorsqu’un immeuble résidentiel est transformé en condominiums. Une somme équivalente à 10 % de la valeur du terrain serait demandée aux propriétaires lors de la conversion. «Cette proposition est injuste et constitue une taxe déguisée», soutient Michael Applebaum, en ajoutant que cela nuirait à l’accès à la propriété en gonflant les coûts. «Le maire Ferrandez va-t-il attendre de faire fuir hors du Plateau les acheteurs de condos avant d’admettre qu’il s’est encore trompé?» a-t-il fait valoir.

Le maire du Plateau-Mont-Royal ne s’est pas fait prier pour répondre aux propos de M. Applebaum hier en point de presse. Il a nié que cette mesure puisse nuire à l’accession de la propriété. «Les propriétaires qui transforment les immeubles en condominiums n’en sont pas à leur première propriété. Pour eux, c’est une business, ils font cette manœuvre à répétition, a souligné Luc Ferrandez. Ce que je dis aux propriétaires, c’est : «Vous vous êtes enrichis en transformant des immeubles en condos? Vous allez aussi devoir contribuer.»

Le maire a soutenu que son initiative a pour objectif de protéger le parc de logements locatifs en ralentissant la transformation d’immeubles en condominiums. «On a un problème d’éviction de locataires sur le Plateau, a rappelé M. Ferrandez. Chaque année, 600 locataires sont évincés.»

De plus, cela permettrait selon lui de financer les espaces verts dont l’arrondissement a grandement besoin. «Les gens manquent de parcs; on est à la veille de construire un deuxième étage au parc Lafontaine!» a-t-il illustré. L’Association des Propriétaires du Québec dénonce quant à elle cette mesure. «C’est excessif. Ça envoie le message aux investisseurs qui souhaitent acheter des immeubles à Mont­réal que c’est plus compliqué qu’ailleurs d’y être propriétaire», estime Martin Messier, porte-parole de l’Association des Propriétaires du Québec (APQ). L’APQ soutient que ce montant viendrait s’ajouter au fardeau déjà excessif des propriétaires.

De son côté, le Regroupement des Comités logements et associations de locataires du Québec croit que cette mesure pourrait peut-être freiner la transformation d’immeubles en condos et ainsi, protéger le nombre de logements dans l’arrondissement. Le comité exécutif de la Ville de Montréal n’ayant pas accepté que cette proposition soit votée au conseil municipal, le parti du maire Ferrandez, Projet Montréal, a dit hier explorer les autres mesures envisageables dans ce dossier.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!