Auteure d’un service de déneigement jugé «exécrable» par le maire de Montréal, Denis Coderre, l’entreprise Pavages d’Amour refera finalement affaire avec la Ville de Montréal.

Un contrat de 1,9M$ a été accordé mercredi par le comité exécutif à cette entreprise pour des travaux de reconstruction de conduites d’égout et d’aqueduc ainsi que de réfection de la chaussée et des trottoirs dans l’arrondissement d’Outremont. Ces travaux devraient débuter en juillet et se terminer en octobre.

Pavages d’Amour a pourtant défrayé la chronique cet hiver. Plus de 1200 plaintes de citoyens avaient été déposées contre la firme responsable du déneigement dans le Sud-Ouest. Cette dernière commençait alors la première année d’un contrat de cinq ans d’une valeur de 13,8M$.

Des constats similaires avaient été faits dans Ahuntsic–Cartierville. Le conseiller de Bordeaux-Cartier et vice-président du comité exécutif de la Ville, Harout Chitilian, s’était même dit «furieux».

Après avoir jugé cette situation «inacceptable» à la mi-février, Pierre Desrochers, le président du comité exécutif, avait recommandé la résiliation du contrat de Pavages d’Amour dans le Sud-Ouest. La Ville réclame d’ailleurs toujours plus de 150 000$ en pénalité contractuelle à cette entreprise.

Pavages d’Amour a obtenu ce nouveau contrat municipal en étant le plus bas soumissionnaire, avec une propositions inférieure de 12% à l’évaluation menée par la Ville. Six compagnies avaient aussi déposé une offre.

Une situation qui étonne l’opposition à l’Hôtel de Ville. «Après un tel dérapage, comment se fait-il que l’on donne encore des contrats importants à cette entreprise? questionne Valérie Plante, chef de Projet Montréal. La population a été frappée et même si l’on ne devrait pas forcément la barrer à jamais, on aurait pu attendre un peu avant de traiter à nouveau avec elle.»

Pas sur la «liste grise»
À ce jour, Pavages d’Amour n’est inscrite sur la «liste grise» de la Ville – une liste qui répertorie les entreprises jugées problématiques – ni dans le domaine du déneigement, ni dans celui des travaux de voirie, explique Philippe Sabourin, porte-parole administratif de la Ville.

«Un litige est en cours», mentionne-t-il, admettant que l’entreprise «pourrait arriver sur cette liste» à l’avenir. Une telle mesure permettrait à la Ville de ne pas accorder systématiquement un contrat au plus bas soumissionnaire. Les élus auraient dans ce cas un pouvoir discrétionnaire et pourraient refuser une telle entente.

Alors que l’administration précise obtenir «un niveau de service satisfaisant en ce qui a trait aux travaux d’infrastructures», Pavages d’Amour confirme n’avoir «jamais eu de problème» dans ce domaine. «Je suis au courant de ce qu’il s’est passé, mais notre partie n’a aucun lien avec le déneigement. On a d’excellentes relations avec la Ville et on va continuer d’offrir les mêmes services que l’on donnait», certifie Dominic Bourassa, chargé de projet au département de génie civil de la firme.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!