Ressusciter de vieilles rivières, installer des compteurs d’eau ou bannir les bouteilles d’eau. Plusieurs idées ont été lancées mardi, à la Maison du développement durable, quand des élèves de l’école secondaire Robert-Gravel ont interrogé des spécialistes de la question  de l’eau et des élus municipaux. Voici un aperçu des enjeux abordés lors la rencontre publique pilotée par l’organisme Environnement JEUnesse.

1-Accéder
En plus des projets de plages à Verdun et à Pointe-aux-Trembles et du bain portuaire envisagé dans le Vieux-Port, la Ville de Montréal évalue la faisabilité de remettre à jour quatre cours d’eau. Il s’agit de la rivière Saint-Pierre qui coule dans un égout du Vieux-Montréal, les ruisseaux Bouchard et Bertrand dans l’Ouest, ainsi que la coulée Grou. «On évalue actuellement la faisabilité et les coûts», a indiqué Chantal Rouleau, l’élue responsable de l’eau à la Ville. Cette dernière a aussi mentionné que la construction de bassins de surverse permettra de limiter les débordements des égouts dans les cours d’eau après de fortes pluies. «Quand les travaux au bassin Rockfield seront terminés, on passera de 15 épisodes de surverse par an dans le canal de Lachin e à un seul tous les cinq ans», a ajouté Mme Rouleau. Quant à l’unité d’ozonation des eaux usées, elle sera opérationnelle à la fin 2018, ce qui éliminera la majeure partie des virus, des bactéries et des coliformes fécaux dans le fleuve Saint-Laurent jusqu’à Sorel. L’élue de Lachine, Maja Vodanovic, a quant à elle suggéré de créer des «water parks» qui permettraient de recueillir temporairement l’eau de pluie.

2-Règlementer
Les autorités municipales songent à serrer la vis aux propriétaires de maisons où l’eau des toilettes est envoyée vers les cours d’eau plutôt que dans les égouts. «Un projet de règlement est actuellement à l’étude pour en évaluer la faisabilité et les aspects juridiques», a confié à Métro Chantal Rouleau. Cela pourrait prendre la forme d’un certificat de conformité qui devrait être fourni à la vente et qui serait émis à la suite d’une évaluation des tuyaux et de leurs raccordements. Quant au bannissement futur des bouteilles d’eau, tel que déjà évoqué par le maire Denis Coderre, Mme Rouleau est restée évasive. Cela devrait être une priorité, croit pour sa part Martine Chatelain, la porte-parole de la Coalition Eau Secours «Dans une bouteille, la valeur de l’eau que vous achetez n’est que de 0,01$. Bref vous payez la bouteille et la pub», a-t-elle soulignée aux jeunes présents.

3-Facturer?
Même si la consommation en eau de chaque Montréalais a baissé de plus de 26% depuis 2001, elle reste de plus de 800 litres par jour et par personne. Pour continuer sur cette voie, la Ville accélère la réparation de ses infrastructures, dont les fuites occasionnaient 30% de pertes. Elle a par ailleurs a commencé à installer des compteurs dans les commerces, les institutions et les industries. Il y a un an, la Ville rendait public un rapport préconisant l’installation de compteurs dans les résidences et la tarification de l’eau, arguant du fait que cela avait fait baisser la consommation de 20%. Étude à l’appui, la Coalition Eau Secours a clamé de son côté que ces diminutions ne durent que six mois avant un retour aux mauvaises habitudes. L’organisme craint aussi que l’installation de compteurs d’eau dans des résidence n’ouvre la porte à la privatisation du marché de l’eau.

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!