Après plusieurs années de retard, les usagers de la Société de transport de Montréal (STM) pourront enfin connaitre en temps réel les déplacements des bus grâce à une application mobile qui devrait disponible dès l’automne.

Dès la fin du mois de juillet, pour une durée de «quelques semaines», une version bêta sera mise à l’essai auprès d’une centaine d’employés de la STM pour «tester l’information en temps réel». «L’avancement se passe bien, confirme Johanne Dufour, porte-parole de la STM. Une fois les informations consolidées, le site et l’application seront mis à la disposition des clients.»

Cette mise à disposition devrait se faire à partir du mois d’octobre, indique le conseiller municipal Marvin Rotrand. Vice-président du conseil d’administration de la STM durant 16 ans avant d’être tassé par le maire de Montréal, Denis Coderre, en juin dernier, l’élu se montre ravi d’une telle nouvelle. «On m’a confirmé cette date lors de notre dernière rencontre, avant mon départ, rapporte-t-il. J’avais lutté depuis 2005 pour faire accepter cette idée et c’est une grande avancée qui aura vraiment un grand impact pour les utilisateurs.»

Initialement, ce projet devait être opérationnel dès la fin de l’année 2014, avant de multiples retards. «Le niveau de complexité du développement des interfaces et du système d’exploitation en temps réel s’est avéré plus élevé qu’anticipé par nos fournisseurs, ce qui explique les délais dans la mise en service des outils de communication à la clientèle», justifie Johanne Dufour.

Des bornes d’information
Nommé iBus, ce projet comprend de nombreux axes. Dès décembre 2015, des afficheurs ont été progressivement installés dans le réseau d’autobus de la STM. Depuis le début de l’année 2017, l’ensemble des 1771 véhicules est désormais équipé d’un système de géolocalisation et des messages sonores et visuels qui informent les usagers des prochains arrêts.

À ce jour, 83 bornes d’information ont également vu le jour dans des abribus et à la sortie de certaines lignes de métro. Ces panneaux permettent aux clients de connaitre le temps d’attente, avant d’embarquer dans le bus. «Elles sont considérées en test afin d’ajuster la diffusion d’informations et de permettre à nos clients de prendre part au projet en partageant leur impression et commentaire», assure la STM, qui compte mettre en place un total de 90 bornes, dont 26 devant des arrêts de bus achalandés et 64 dans les stations de métro.

Alors que le réseau montréalais compte près de 9000 arrêts, la STM n’ira pas plus loin. «Il n’est pas prévu en déployer d’autres dans la mesure où nous misons sur le téléphone mobile et le site web», mentionne Johanne Dufour.

Cet argument ne satisfait pas Projet Montréal. «Pourquoi ne couvrir qu’1% du réseau? Ça me semble minimaliste, juge la conseillère Magda Popeanu, responsable pour l’opposition des technologies de l’information. Bien sûr, on est très content d’avoir enfin cette application qui permet d’être transparent envers les utilisateurs. Mais on reste une ville très en retard dans ce domaine. On est en mode réparation.»

La Ville de Montréal n’a quant à elle pas souhaité émettre de commentaires.

Paiement mobile étudié
D’autres dispositifs sont encore en cours d’étude dans le cadre d’iBus. Durant l’automne 2016, des employés de la STM ont testé la technologie Near field communication (NFC) permettant le paiement mobile. Disponible uniquement sur un téléphone Android, celle-ci offrait la possibilité de poser son cellulaire sur le lecteur destiné habituellement aux cartes OPUS pour enregistrer le titre de transport. Un déploiement généralisé n’est cependant pas encore à l’ordre du jour.

La Société des transports de la Laval (STL) expérimente quant à elle un dispositif permettant le paiement mobile pendant l’été. Celui-ci permet, à avec une application fonctionnant sur des téléphones intelligents Apple et Android, d’acheter des titres de transport et de les valider en scannant un code QR à l’entrée des autobus.

«Nous sommes à la fin de l’étape d’appels de proposition quant au développement d’outil innovant et sécuritaire, ajoute par courriel la STM. Le but de l’appel de propositions est d’évaluer différentes avenues d’innovations billettiques, dont le NFC fait partie. C’est le résultat de cet exercice, prévu avant la fin de 2017, qui déterminera une orientation quant aux solutions qui seront implantées au cours des prochaines années.»

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!