Josie Desmarais | Métro

Alors qu’un accident sur deux menant au décès d’un piéton à Montréal implique une personne âgée de 55 ans et plus, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a lancé mardi matin une campagne de sensibilisation visant à rendre les piétons plus vigilants dans leurs déplacements.

«Au travers des années, on a réalisé que les personnes âgées de 55 ans et plus étaient surreprésentées» dans les accidents impliquant des piétons, a expliqué à Métro l’inspecteur Vincent Richer de la Division du soutien aux opérations et patrouilles spécialisées du SPVM. Selon M. Richer, 80% des piétons décédés entre 2015 et 2016 avaient plus de 55 ans. La distance à parcourir pour traverser une route ainsi qu’une mauvaise évaluation de la vitesse des véhicules sont parmi les causes de tels accidents.

La campagne de sensibilisation, présentée ce matin dans le parc Jehane-Benoît, a été réalisée en collaboration avec la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ) et vise exclusivement les piétons. À la suite du point de presse, des brigadiers ont rencontré pendant deux heures des citoyens marchant à l’angle des rues Cherrier et Berri. Au cours des prochaines semaines, 20 jeunes travaillant pour la patrouille à vélo de Jeunesse au Soleil stationneront leur bicyclette de temps à autre pour aller rencontrer les piétons dans les rues de la métropole et leur donner des conseils de sécurité.

Parlant de responsabilité partagée entre les piétons et les automobilistes, M. Richer a rappelé qu’il est important d’«avoir un contact visuel avec le conducteur avant de traverser» à un passage piétonnier. Un conseil d’autant plus important à appliquer lorsqu’on est en présence de poids lourds, ces derniers n’étant pas toujours en mesure de voir les piétons et les cyclistes dans leurs angles morts.

Afin de rendre les campagnes de sensibilisation plus efficaces, l’inspecteur considère  que des mesures de répression sont nécessaires. Annuellement, environ 22 000 constats d’infraction de 48$ sont remis à des piétons par le SPVM, a précisé l’inspecteur.

Le rôle de la Ville
«Une personne aînée qui trouve que le délai pour traverser n’est pas assez long peut appeler la Ville pour faire une demande», a déclaré M. Richer. La Ville de Montréal, qui est responsable de la synchronisation des feux de circulation dans la métropole, pourra alors faire des ajustements, croit-il. La distance à parcourir sur de grandes artères achalandées, à l’instar du boulevard René-Lévesque, peut en effet être problématique pour certaines personnes, en particulier celles ayant «des problèmes de mobilité».

Cette campagne de sensibilisation s’inscrit dans la stratégie de sécurité routière Vision Zéro de la Ville de Montréal.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!