Montréal
20:41 23 juillet 2017 | mise à jour le: 23 juillet 2017 à 21:37 temps de lecture: 3 minutes

Attention aux poids lourds, rappelle la SAAQ

Attention aux poids lourds, rappelle la SAAQ
Photo: Mario Beauregard / Métro

La mort tragique d’une cycliste sous les roues d’un poids lourd dans l’arrondissement de Rosemont-La Petite Patrie, il y a deux semaines, est venue encore une fois rappeler les dangers de la cohabitation entre les différents usagers de la route. C’est pour éviter que ce genre de tragédie ne se reproduise que la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) a organisé dimanche une activité de sensibilisation à la place Shamrock, dans la Petite Italie.

Pour l’occasion, les passants étaient invités à constater les vastes et nombreuses zones d’angle mort qui entourent un véhicule lourd. Une bonne partie du devant et des côtés du véhicule sont en effet invisible pour son conducteur.

«Un sondage nous a révélé que plus de 60 % des gens n’étaient pas en mesure d’identifier les angles morts d’un véhicule lourd, a expliqué Marie-Josée Michaud, agente aux relations publiques de la Société de l’assurance automobile du Québec.

«Lorsqu’il y a un accident, on a tendance à mettre immédiatement la faute sur le conducteur. Mais ce n’est pas toujours le cas. Le chauffeur va vérifier du mieux qu’il peut ce qu’il peut voir, mais les autres usagers de la route ont aussi la responsabilité de comprendre sa réalité et à se tenir loin.»

«L’important, c’est de s’assurer d’être visible. Si on n’a pas vu ses yeux, le conducteur ne nous a pas vu. On ne peut pas prendre pour acquis qu’il nous a vu ou qu’on a priorité. La meilleure chose en cas de doute, c’est de le laisser passer.» – Marie-Josée Michaud

L’activité, qui était planifiée avant la mort de la cycliste Meryem Anoun, permettait aux citoyens de grimper eux-mêmes dans la cabine d’un véhicule lourd pour constater le manque de visibilité des conducteurs.

«C’est un outil pour rendre visible ce qui est invisible à l’extérieur, a constaté Mme Michaud. Le fait de monter à bord amène aussi les gens à réaliser qu’on y voit très bien ce qui est loin de nous, mais pas ce qui est proche».

Les poids lourds ou les autobus ont été impliqués dans 38% des décès de cyclistes et dans 32% des décès de piétons à Montréal de 2011 à 2015, selon les données de la SAAQ.