Brock Fenton/Biodôme de Montréal Une chauve-souris qu’on peut apercevoir dans la région de Montréal.

Lentement, le soleil se couche. Une à une, les chauves-souris s’activent dans l’obscurité naissante de Montréal…

Cinq des huit espèces de chauves-souris répertoriées au Québec ont été identifiées sur l’île de Montréal. Une étude récente montre que la grande chauve-souris brune et la petite chauve-souris brune sont les deux espèces les plus abondantes. Insectivores, les chauves-souris du Québec et du Canada sont bien adaptées au milieu urbain. Beaucoup chassent à proximité des lampadaires, car la concentration d’insectes y est particulièrement abondante. Elles utilisent les entretoits de nos maisons pour s’abriter et se reproduire. Elles vont même s’abreuver dans nos piscines. Il est plus facile de les observer près d’un point d’eau, d’un parc naturel, d’un parc urbain, d’un golf ou d’un
cimetière, là où la densité des insectes est souvent plus élevée!

Seuls mammifères volants du monde, les chauves-souris font partie de l’ordre des chiroptères, qui veut dire main ailée. Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, elles ne sont pas aveugles, mais la vue est un de leurs sens les moins performants. L’ouïe et l’odorat sont particulièrement développés. Elles s’orientent facilement la nuit en utilisant l’écholocation : elles balaient l’horizon avec des ultrasons, et l’écho qui leur revient leur procure une image de leur environnement.

En une fraction de seconde, elles doivent détecter une proie ou un obstacle, estimer la direction, évaluer la distance, définir sa taille et sa forme, et juger si l’objet doit être évité, ignoré ou mangé. Elles voient en quelque sorte avec leurs oreilles.

  • Quatre curiosités

1. Elles aident à contrôler les insectes
Le rôle écologique des chauves-souris est souvent sous-estimé. Une chauve-souris peut manger entre 600 et 1 000 insectes à l’heure. À ce rythme, une petite colonie de 300 chauves-souris aura consommé environ 20 millions d’insectes durant l’année.

2. Ailleurs, d’autres espèces pollinisent
Un scientifique a estimé que, dans le monde, 450 produits utilisés par l’homme dépendaient des chauves-souris. Dans cette liste se trouvent
110 aliments ou boissons, 72 médicaments et 66 essences d’arbres uti­lisés en ébénisterie. S’il n’y avait plus de chauves-souris, nous ne mangerions plus de bananes, d’avocats, de dattes, de figues ou de mangues!

3. Qu’est-ce qui menace les chauves-souris?
Depuis les années 1950, les populations de chauves-souris sont en déclin un peu partout dans le monde. Les causes sont multiples : déforestation, pollution des eaux, usage de pesticides, drainage des marais, fermeture des mines désaffectées, etc. Ainsi, quatre des huit espèces de chauves-souris du Québec sont sur la liste des espèces susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables.

4. Le syndrome du museau blanc
Depuis l’hiver 2006-2007, une mystérieuse infection fongique menace d’extinction les chauves-souris d’Amérique du Nord. Jusqu’à présent, on estime que plus de 5,7 millions de chauves-souris sont mortes au Canada et aux États-Unis, et ce chiffre augmente chaque hiver.

Sortir en famille pour mieux connaître les chauves-souris
Situé sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent, près de Québec, le Domaine Joly–De Lotbinière est un des plus beaux jardins d’Amérique du Nord. Témoin remarquable d’une autre époque, c’est un endroit de prédilection pour tous les amateurs d’histoire, d’horticulture, de plein air et de chauves-souris.

Autrefois, les maisons du Domaine étaient occupées par des chauves-souris. On les retrouvait dans les greniers ou entre les murs. Lors de la réfection de certains bâtiments, la directrice générale, Hélène Leclerc, a consulté les experts du Biodôme pour apprendre comment protéger la colonie. Depuis 12 ans, l’équipe du Biodôme va au Domaine pour démystifier le monde des chauves-souris, les observer et les écouter! Les 13 et 14 juil­­let, c’est l’occasion de découvrir leur univers fascinant.

espacepourlavie.ca

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!