Josie Desmarais / Métro Valérie Plante et Denis Coderre.

Denis Coderre et Valérie Plante ont répondu à l’appel de Culture Montréal, jeudi, pour présenter à tour de rôle leurs engagements électoraux pour la culture. Retour sur la soirée en trois points.

Le Conseil des arts de Montréal
Si les deux candidats se sont entendus pour augmenter le budget du Conseil des arts de Montréal, Denis Coderre souhaite étudier la situation financière de 2018, «qui sera très difficile», a-t-il déclaré. Valérie Plante promet quant à elle de faire passer le budget de 15 à 20M$ dès la première année de son mandat, recueillant les applaudissements des spectateurs venus écouter les deux candidats au Monument-National, hier soir. «De vous laisser croire qu’on va passer de 14,5 à 20 M$ pour avoir des applaudissements, non», a laissé entendre Denis Coderre, qui n’exclut pas d’atteindre les 20M$ de financement pour 2020 ou 2021. Selon le président du Conseil des arts, Jan-Fryderyk Pleszczynski, tout reste à faire pour soutenir la culture à Montréal, une fois le 375e terminé. «Montréal doit investir davantage auprès des acteurs qui stimulent le développement culturel de notre métropole, notamment le Service de la culture, Montréal, métropole culturelle et le Conseil des arts de Montréal», a-t-il affirmé à Métro.

Panneaux publicitaires
Culture Montréal a proposé aux deux candidats d’instaurer une taxe sur les affichages publicitaires pour financer la culture dans la métropole. C’est non pour Valérie Plante et Denis Coderre, qui s’entendent sur ce point. Pourtant, a souligné l’animateur de la soirée, le journaliste Michel Désautels, cette taxe existe déjà à Vancouver et à Toronto. «Nous ne sommes pas Vancouver ou Toronto», a rétorqué Denis Coderre, qui souhaite aller chercher l’argent ailleurs, notamment grâce aux nouveaux pouvoirs accordés par le statut de métropole. «Il y a des éléments [dans le statut de métropole] qui vont nous permettre d’aller chercher d’autres sources de financement». Même son de cloche chez Valérie Plante, qui souhaite une redevance pour la culture, «mais pas nécessairement sur les panneaux publicitaires», a-t-elle répondu, en n’excluant pas l’idée de supprimer ces panneaux du paysage montréalais.

Faire rayonner la culture
Pour faire rayonner les artistes montréalais à l’international, Valérie Plante s’est engagée à soumettre la candidature de Montréal afin que la métropole soit l’hôte d’une rencontre annuelle du Forum mondial des villes culturelles, un événement d’envergure internationale regroupant les dirigeants de 35 villes comme San Francisco ou Tokyo. Denis Coderre souhaite quant à lui miser sur le cinéma et les réalisateurs québécois à succès comme Denis Villeneuve pour exporter Montréal et le Québec à l’international. «Si on veut des films avec 200, 300, 400M$ [de recettes], ça va nous prendre plus de studios, plus d’infrastructures. Ça, c’est une stratégie bien concrète pour une industrie culturelle», a-t-il déclaré. Concernant le cinéma, la candidate au poste de conseiller de ville dans le Vieux-Rosemont et spécialiste de la culture chez Projet Montréal, Christine Gosselin, a pris la parole pour défendre les cinémas de proximité comme le Beaubien ou le cinéma du Parc. «Il faut que la ville repense son offre en cinéma à plus petite échelle au sein des quartiers culturels. C’est un besoin qui est exprimé et qu’on souhaite combler», a-t-elle affirmé.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!