Les clochers de certaines églises de la métropole recèleraient plus que leur lot habituel de cloches et de carillons.

Selon ce qu’a appris François Therrien, porte-parole du Réseau québécois des groupes écologistes (RQGE), 39 clochers montréalais cacheraient des antennes cellulaires. Ces antennes auraient été installées à partir de 2001, et ce, sans que la population ne soit avertie.

«Dans les paroisses, à part les marguilliers [en charge des biens de la paroisse], personne n’est au courant de l’existence de ces antennes», a indiqué M. Therrien à Métro.

Le RQGE a demandé, la semaine dernière, au cardinal Jean-Claude Turcotte de dévoiler le nom des 39 églises où ont été installées les antennes cellulaires. Pour l’instant, l’archevêque du diocèse de Montréal n’a pas répondu aux demandes du regroupement.

Antennes cachées

Les antennes cellulaires cachées sont loin d’être un cas unique à Montréal. François Therrien a d’abord appris que le clocher de l’église de Terrebonne cache depuis 2001 une antenne cellulaire.

Une requête auprès de l’archevêché lui a permis d’apprendre que la ville de Saint-Jérôme compte également neuf antennes dans des clochers.

«Les compagnies de téléphonie cellulaire ont énormément de difficulté à implanter leurs antennes dans des secteurs résidentiels en raison de la contestation que ce genre d’opération suscite, a expliqué M. Therrien. Elles recherchent donc des sites privilégiés, qu’elles ont trouvé en s’entendant avec les évêchés.»

À Terrebonne, les marguilliers ont indiqué que l’installation de l’antenne cellulaire relevait d’une décision administrative. Ils ont ainsi jugé qu’ils n’avaient pas à en aviser la population.

«Les compagnies de cellulaire ont le gros bout du bâton, a souligné le porte-parole du RQGE. Les évêchés sont à leur merci puisqu’ils ont souvent signé des contrats d’une durée déterminée. S’ils demandent de retirer l’antenne de leur clocher, ils doivent payer des pénalités.»

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!