Archives Métro Compostage domestique ou cueillette de bacs bruns?

La collecte du compost doublera dans Rosemont–La Petite-Patrie d’ici la fin de l’année. Le maire de l’arrondissement, François W. Croteau, entend diriger le «quartier le plus brun» à Montréal.

Depuis le début de l’opération compostage dans l’arrondissement, M. Croteau estime que le volume des matières résiduelles a diminué significativement. «La moitié du sac de déchet peut être composté», a affirmé le maire en point de presse jeudi. Québec demande aux municipalités de réduire l’enfouissement de 60% d’ici 2020.

Les fameux bacs bruns hermétiques seront distribués cet automne à 13 000 foyers. Avec les bacs déjà distribués, plus de 20 000 résidences auront accès à ce service, ce qui représente environ le tiers des portes du territoire.

Cliquer pour voir la carte en détails

Le montant d’acquisition des bacs sera d’environ 400 000$ et la collecte se fera à coût nul puisque l’arrondissement entend retirer une collecte d’ordures. «Ce sera une façon d’inciter les gens à composter», précise M. Croteau. D’ici quatre ans, l’arrondissement veut que tous les foyers aient reçu leurs bacs bruns. Le maire souhaite modifier la réglementation afin de forcer les citoyens à composter.

Rejoint par Métro, le responsable de l’environnement pour le comité exécutif de Montréal, Alan DeSousa, s’est montré ouvert à la réglementation. «Il faut d’abord s’assurer que les installations permettent de recevoir le compost», a-t-il précisé.

Cependant, aucun échéancier précis pour la distribution de bacs à compost n’a été défini par la Ville, ce que dénonce François  Croteau. «La décision de récolter le compost revient aux arrondissements pour l’instant», justifie M. DeSousa.

Des dépliants seront remis pour aider les citoyens à bien faire le tri entre leurs trois bacs. Durant les deux premières semaines de collecte, des agents de l’arrondissement vérifieront le contenu des bacs bruns et remettront, au besoin, une fiche indiquant les erreurs de tri. «C’est par l’éducation qu’on réussira à changer les habitudes des gens», croit M. Croteau.

Les matières compostables envoyées à Berthierville

Les matières compostables sont envoyées par camion à 75 km de Montréal dans la municipalité de Berthierville. Cette situation est due à l’absence de centres de compostage à Montréal.

La semaine dernière, l’Office de consultation publique de Montréal proposait des sites possibles pour la construction de quatre centres de traitement des matières organiques. Toutefois, le lieu choisi pour le Nord de Montréal est dénoncé par le maire de l’arrondissement de Rosmont–La Petite-Patrie.

Selon M. Croteau, le complexe environnemental de Saint-Michel n’est pas une bonne option. Il explique que les citoyens de Saint-Michel composent déjà avec des sites de gestion des matières résiduelles. «La gestion des futurs sites de compostage reflète comment la ville comprend mal ce dossier», soutient-il.

Pour sa part, son vis-à-vis à la Ville, Alan DeSousa, rappelle que M. Croteau a été consulté sur la question et qu’un consensus se dégageait pour ce site.

Aussi dans Montréal:

blog comments powered by Disqus