Yves Provencher/Métro

Les directeurs d’école de la Commission scolaire de Montréal espèrent que celle-ci ajoutera trois autres postes de direction d’ici la prochaine rentrée scolaire.

Moins de deux semaines après l’abolition de 17 postes de directeurs adjoints par le conseil des commissaires, l’Association montréalaise des directions d’établissement scolaire (AMDES) discutent toujours avec les dirigeants de la CSDM.

«On veut aller chercher un par un les postes qu’on pense nécessaires», a fait savoir lundi la présidente de l’AMDES, Hélène Bourdages.

Les trois écoles qui doivent à tout prix être dotées d’une direction adjointe d’après l’AMDES sont Saint-Arsène et Notre-Dame-du-Foyer dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie ainsi que Saint-Bernardin dans Villeray–Saint-Michel–Parc Extension.

Ces trois établissements auront une clientèle scolaire de près 520 élèves pondérés. Cette prévision tient compte du nombre d’enfants qui fréquenteront ces écoles l’année prochaine et des difficultés de certains. Par exemple, une école peut accueillir 480 jeunes, dont 40 ont besoin de services professionnels. Ceux-ci comptent pour deux, ce qui fait que la clientèle scolaire pondérée de l’école atteint 520 élèves. À plus de 500 élèves pondérés, une direction adjointe doit être nommée.

Pour répartir les directions adjointes, la CSDM s’appuie sur des prévisions de fréquentation faites au mois de janvier. Or, au mois d’avril, de nouvelles prévisions sont réalisées pour décider du nombre d’enseignants, de professionnels et de personnel de soutien qui doivent être gardés pour la prochaines année scolaire. L’AMDES a constaté des différences notables entre les deux prévisions qui font en sorte que trois nouveaux postes de directions adjointes doivent être ouverts, selon elle.

«C’est vrai que la commission scolaire doit se donner un temps pour s’organiser, a dit Mme Bourdages. Dans l’ensemble, ça fonctionne, mais il y a des exceptions. On parle trois postes de direction sur 200 écoles. Ce n’est pas la mer à boire d’autoriser ces postes.»

Ces postes de direction adjointe sont entre autres nécessaires à cause de la proportion importante d’élèves en difficulté. Dans les écoles, c’est le directeur adjoint qui est en charge de la concertation avec l’enseignant, les professionnels et les parents sur les besoins particuliers des enfants.

«S’il y a 75 enfants handicapés, en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage, c’est 75 fois qu’il faut s’asseoir pour discuter», a mentionné la présidente de l’AMDES.

La situation budgétaire de la CSDM explique l’absence de directions adjointes dans les écoles ciblées par l’AMDES, d’après Mme Bourdages. Selon elle, des compressions budgétaires auraient pu être faites dans d’autres services de la commission scolaires, comme celui des ressources matérielles.

Puisque les discussions sont toujours en cours, la CSDM a préféré ne pas commenter. La présidente, Catherine Harel-Bourdon, avait expliqué au mois de mars à Métro que les critères de répartition des directions d’école devaient être révisés puisque ça n’avait pas été fait depuis dix ans.

«Si on n’avait pas de difficultés financières, on garderait peut-être les mêmes critères ou on les améliorait, avait dit Mme Harel-Bourdon. Le fait qu’on a [davantage de postes de direction pour] l’argent qui nous est octroyé et qu’on est en déficit budgétaire oblige le conseil des commissaires à faire des choix.»

Deux directions adjointes à long terme

En plus de travailler pour obtenir trois postes de direction d’école de plus, l’AMDES veut aussi que deux postes soient autorisés à long terme.

  • Tout juste avant que le conseil des commissaires au cours duquel 17 postes de direction ajointe ont été abolis, au mois de mai, la présidente de l’AMDES, Hélène Bourdages a été informée que les directions adjointes des écoles Lucien-Pagé et Saint-Enfant-Jésus étaient autorisées pour la prochaine année seulement. Ces deux écoles accueillent des enfants malentendants.
  • «Quand un nouvel enfant sourd arrive, il faut que son dossier soit étudié pour qu’on puisse distribuer du temps de professeur itinérant», a dit Mme Bourdage.
  • La CSDM souhaite discuter des modalités de services offerts aux personnes sourdes, a rapporté l’AMDES.

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!