MONTRÉAL — Parcs Canada mènera des analyses afin de déterminer si les restes humains découverts au parc Forillon, en Gaspésie, appartenaient à des victimes d’un naufrage survenu en 1847.

Des archéologues ont découvert des ossements humains et des squelettes articulés appartenant à au moins huit personnes — sans doute cinq adultes et trois enfants — près de Cap-des-Rosiers, à la fin du mois de juillet.

L’agence fédérale tentera de déterminer s’il y a un lien entre ces ossements et le naufrage du «Carricks of Whitehaven» survenu en 1847, a indiqué Martin Perron, un archéologue de Parcs Canada. Le navire transportait des immigrants irlandais fuyant la famine qui sévissait chez eux.

Selon des historiens, plus de 80 des quelque 200 passagers et membres d’équipage ont péri lorsque le bateau a coulé au large de Gaspé pendant une tempête.

M. Perron convient qu’il faudra procéder à d’autres analyses avant d’être certain qu’il s’agit bien de restes de naufragés. «Mais il y a un doute assez raisonnable que les corps trouvés sont liés au naufrage du Carricks», estime-t-il.

L’archéologue décrit les ossements comme étant très anciens. Il ajoute que les corps avaient été enterrés côte-à-côté mais pêle-mêle à une petite profondeur. «Les sources écrites et la tradition orale évoquent l’existence d’une fosse commune sur la plage à proximité du monument du Carricks», a-t-il souligné.

Les restes de trois enfants européens dont on a déterminé plus tard qu’ils étaient des passagers à bord du Carricks avaient été découverts près de l’emplacement en 2011.

La réalisatrice Viveka Melki, qui tourne un documentaire sur le naufrage du Carricks, est persuadée que les ossements découverts par Parcs Canada appartiennent à des passagers du navire.

Au cours de ses recherches, elle dit avoir découvert la nécrologie d’un prêtre évoquant l’existence d’une fosse commune creusée sur la plage et d’un rivage «parsemé de cadavres».

La récente découverte l’émeut beaucoup. «Ce n’est pas facile pour nous et pour les descendants (interviewés) de penser seulement que c’est peut-être cette fosse», dit-elle.

Parcs Canada a indiqué, dans un communiqué, qu’un périmètre de sécurité ainsi qu’une signalisation spécifique avaient été installés afin de protéger l’intégrité du site.

Les fouilles sont toujours en cours, indique M. Perron. «Dans les prochains jours, on va procéder à l’exhumation des corps (…). Sur le terrain, nous allons agrandir la zone de fouille pour essayer de voir s’il y a d’autres corps sous la plage», narre-t-il.

Selon lui, les analyses pourront donner des informations sur les pratiques funéraires, sur les pathologies et même l’identité des naufragés.

«Il a moyen de donner une deuxième vie et de faire parler ces corps grâce aux diverses analyses qui pourraient être menées sur ces ossements», affirme-t-il.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!