RIO DE JANEIRO — Le médecin en chef du Comité olympique canadien est d’avis que les inquiétudes relatives au virus Zika et à la qualité de l’eau ont été exagérées dans les semaines menant jusqu’aux Jeux olympiques de Rio.

Selon le docteur Bob McCormack, les athlètes canadiens ne croient pas que l’eau sera un problème puisque les résultats des tests visant à vérifier sa qualité sur les sites de compétitions ont rejoint les normes internationales.

Le docteur McCormack a ajouté que l’incidence du virus Zika, de la dengue et d’autres virus issus d’insectes «a chuté radicalement».

La qualité de l’eau et le Zika ont été les deux principaux sujets de discussions du docteur McCormack, qui a rencontré les médias pendant une dizaine de minutes, à deux jours de la cérémonie d’ouverture.

À un certain moment, il s’est fait demander de façon directe si ces questions avaient été amplifiées, et le docteur McCormack a répondu par l’affirmative.

Selon de récents rapports, les virus et les bactéries provenant des eaux usées ont atteint des niveaux dangereusement élevés. Un expert biomédical a même conseillé aux athlètes de ne pas plonger leur tête sous l’eau.

Toutefois, le docteur McCormack a exprimé l’opinion que certains rapports se basaient sur une méthodologie qui n’était pas acceptée internationalement, et que ces histoires avaient pris de l’ampleur même si elles ne correspondaient pas aux expériences vécues par les athlètes et les visiteurs à Rio.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!