TC Media - Michel Thibault Des cyclistes sur un chemin de campagne en Montérégie.

Vélo Québec a vivement réagi à la pétition lancée sur internet demandant de bannir les cyclistes des routes où la limite de vitesse est supérieure à 50 km/h et l’accotement de moins d’un mètre, signée par 6500 personnes à ce jour.

«C’est totalement farfelu! Ça équivaut à interdire le vélo à l’extérieur des villes. Ça n’a aucun sens. Je trouve ça malheureux qu’une telle pétition circule», a commenté Suzanne Lareau, présidente-directrice générale de l’organisme.

Mme Lareau a repoussé du revers de la main les arguments de sécurité invoqués par ceux qui appuient la proposition. Le bilan des accidents de vélo s’améliore d’année en année, notamment grâce à l’aménagement de pistes cyclables et le pavage d’accotement, a-t-elle observé. Et la bicyclette n’est pas le moyen de transport le plus dangereux, a-t-elle plaidé. «Le plus meurtrier, c’est les déplacements en voiture qui font plus de 300 morts par année», a souligné la PDG de Vélo Québec.

Pour Mme Lareau, la demande de la pétition représente une solution «simpliste» à l’enjeu de la sécurité sur les routes rurales. «C’est comme si on interdisait aux piétons de sortir le soir parce qu’ils sont moins visibles», a-t-elle imagé.

Il ne faut pas éliminer un type d’usagers de la route pour permettre à une catégorie d’individus de circuler sans obstacles, juge-t-elle. «La route appartient aussi aux cyclistes. Pour améliorer la sécurité, il faut se demander : comment je peux prendre soin des autres», a-t-elle mentionné. Elle a précisé que les cyclistes doivent aussi faire leur part pour améliorer la cohabitation.

Mme Lareau informe que 4 millions de Québécois ont fait du vélo en 2015. «C’est la moitié de la population. On ne parle pas d’une activité marginale», a-t-elle souligné.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!