MONTRÉAL — Le jury au procès de Richard Henry Bain a délibéré pour une troisième journée sans parvenir à s’entendre sur un verdict, lundi.

Alors que les jurés discutaient entre eux, le juge et les avocats ont dû se pencher sur une affaire de manifestant à l’extérieur du palais de justice de Montréal.

Les constables qui entourent de près les 12 jurés ont indiqué au tribunal qu’à leur arrivée, lundi matin, un homme portant un drapeau du Québec avait été vu par des membres du jury tenant une pancarte où on pouvait lire «R.H. Bain coupable».

Le juge Guy Cournoyer, de la Cour supérieure, et les avocats des deux parties ont finalement convenu que les jurés sauraient bien ne pas se laisser influencer par l’incident.

Par ailleurs, le juge Cournoyer a refusé, lundi, de permettre à un membre du jury d’assister à une rencontre des Alcooliques anonymes. Cette personne a assuré le juge qu’elle pourrait tout de même accomplir pleinement sa tâche.

Richard Henry Bain, âgé de 65 ans, est accusé de meurtre prémédité relativement au décès du technicien de scène Denis Blanchette, et de trois chefs de tentative de meurtre. Les accusations sont liées à l’attentat survenu le 4 septembre 2012 à l’extérieur du Métropolis, où les militants péquistes célébraient leur victoire électorale. Pauline Marois prononçait son discours lorsque l’attentat a été commis.

Les cinq hommes et les sept femmes jurés examinent depuis samedi matin une cause qui repose essentiellement sur l’état mental de l’accusé le soir de l’attentat.

M. Bain a plaidé non coupable à tous les chefs et son avocat a soutenu que l’accusé souffrait de troubles mentaux au moment des faits et qu’il ne devrait pas être reconnu criminellement responsable de ses actes. La Couronne a plaidé de son côté que Bain était sain d’esprit, que la fusillade était préméditée et qu’elle était motivée par sa haine des indépendantistes.

Depuis le début de leurs délibérations, samedi matin, les jurés ont posé trois questions au tribunal. Ils reprendront leurs délibérations mardi matin.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!