Une Gatinoise d’origine française inculpée d’avoir enlevé son fils de quatre ans en 2012 a décidé de mettre un terme à une saga judiciaire qui semblait interminable.

La jeune femme de 27 ans, qu’on ne peut nommer afin de préserver l’identité de l’enfant, a plaidé coupable vendredi au palais de justice de Gatineau à une accusation d’enlèvement.

Le 25 mars 2012, elle s’était envolée vers la France avec son fils, empêchant du même coup le père d’y avoir accès. Quelques mois plus tard, alors qu’elle se terrait toujours en Europe, son ex-conjoint obtenait la garde légale de l’enfant.

Un mandat d’arrêt à l’échelle internationale avait été lancé par Interpol afin de la retrouver.

La mère de famille avait finalement été arrêtée à l’aéroport de Montréal en 2014 lors de son retour au Québec. Elle avait séjourné en prison de façon préventive durant huit mois et le tribunal l’avait obligée à porter un bracelet électronique.

Accusée à Gatineau et en France, la jeune femme avait par la suite été trouvée coupable là-bas d’enlèvement en contravention avec une ordonnance de garde, écopant d’une peine de sursis de six mois.

Puisqu’un accusé ne peut être reconnu coupable du même crime deux fois, la Gatinoise a été acquittée de cette infraction vendredi.

En enregistrant un plaidoyer de culpabilité au chef d’enlèvement, elle a reçu une sentence suspendue et une probation de 18 mois assortie de plusieurs conditions à respecter.

Pour prononcer la peine, le juge Raymond Séguin de la Cour du Québec s’est rangé derrière la suggestion commune de la Couronne et de la défense.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!