Ryan Remiorz Ryan Remiorz / La Presse Canadienne

OTTAWA — Alors que les négociations chez Postes Canada se poursuivaient en prolongation, lundi, le géant du commerce électronique eBay demandait aux entreprises canadiennes de faire pression sur le premier ministre Justin Trudeau afin qu’il règle par la voie législative cet épineux dossier.

Les premiers moyens de pression, qui devaient s’appliquer dans la nuit de lundi, ont été finalement suspendus par la partie syndicale pour une période de 24 heures. Les négociations se poursuivaient donc en présence d’un médiateur spécial nommé vendredi par Ottawa. L’impasse dans les pourparlers persiste depuis un mois sur les salaires et les régimes de retraite, mais le gouvernement se disait optimiste, lundi.

En soirée, le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) a publié un communiqué, annonçant que si les négociations n’avaient pas abouti à un règlement, mardi matin, ses membresde la Colombie-Britannique et du Yukon mettraient en branle des moyens de pression et refuseraient d’effectuer des heures supplémentaires.

Or, le STTP a changé son fusil d’épaule ultérieurement et a annoncé un autre report de 24 heures des moyens de pression.

De son côté, la directrice générale d’eBay Canada, Andrea Stairs, soutient que le premier ministre Justin Trudeau doit maintenant intervenir. L’entreprise a envoyé un courriel à l’ensemble de ses clients vendeurs pour qu’ils réexpédient un envoi électronique aux bureaux de M. Trudeau à Ottawa. eBay soutient que comme les petites et moyennes entreprises, les vendeurs sur le site eBay vivent depuis des mois dans l’incertitude face à la livraison des colis par la poste.

Le gouvernement libéral n’a jamais évoqué la possibilité d’une loi spéciale pour clore le dossier. Par ailleurs, la Chambre des communes ne reprendra ses travaux que le 19 septembre.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!