Dans les dernières semaines, plusieurs canards ont été retrouvés morts aux abords de la rivière Saint-François, au parc Woodyatt, à Drummondville. La cause la plus probable, l’excès de pain dans l’estomac de ces canards qui deviennent dépendants de la nourriture lancée par les citoyens.

C’est dimanche après-midi, il fait beau et la petite famille fait une promenade sur le bord du cours d’eau. Les canards sont à proximité et les enfants prennent plaisir à lancer des petits bouts de pain vers les canards et autres oiseaux affamés. Amusant certes, mais extrêmement nocif pour ces animaux.

«Nourrir les canards au pain est très dangereux pour leur santé. L’amidon que contient le pain est toxique pour eux», a lancé Michel Auger, membre de la Société ornithologique du Centre-du-Québec. Cet aliment est inadapté et augmente le risque de développer une malformation des ailes connue sous le nom «d’ailes d’anges». Ce handicap, qui attaque la dernière articulation des ailes qui se tournent vers l’extérieur, empêche le canard de pouvoir s’envoler normalement et ainsi, fuir ses prédateurs.

Nourrir les oiseaux crée une dépendance et diminue le besoin naturel des animaux de s’alimenter. Ils développent des carences en vitamines et protéines et sont beaucoup plus fragiles. Les oiseaux migrateurs ne ressentent plus le besoin de s’envoler vers le chaud soleil du sud pour trouver de la nourriture et leur corps n’est pas prêt à affronter les hivers rigoureux du Québec.

«Je viens souvent faire des photos d’oiseaux ici. Il m’arrive de regarder les gens faire et, par la suite, leur faire réaliser les conséquences de leurs actes. Ils sont tous mal à l’aise. Il y a énormément de sensibilisation à faire», a ajouté M. Auger.

«J’ai vu une dame se faire voler son sandwich alors qu’elle était paisiblement assise dans le parc en train de manger. C’est cocasse, mais ça démontre à quel point ces oiseaux sont à la merci de ce qu’on leur donne» – Michel Auger

L’article 439  de la règlementation municipale de la Ville de Drummondville interdit de nourrir les oiseaux, sous peine d’une amende de 100$.

Un panneau interdisant de nourrir les oiseaux a été installé au parc Bellevue, près de la rue Fradet. Une demande a été faite par M. Auger au mois de février afin que des panneaux semblables soient affichés au parc Woodyatt, là où la problématique est beaucoup plus grande. Selon Sonia Collard, conseillère en relations médias pour la Ville, elles seront installées dans les prochains jours. De plus, il réclame l’affichage d’un panneau de sensibilisation afin que la population puisse mieux comprendre la portée de leurs gestes.

«Les oiseaux deviennent tellement habitués de se faire nourrir, que ça crée des problèmes. J’ai vu une dame se faire voler son sandwich alors qu’elle était paisiblement assise dans le parc en train de manger. C’est cocasse, mais ça démontre à quel point ces oiseaux sont à la merci de ce qu’on leur donne», a conclu M. Auger.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus