OTTAWA — Le gouvernement fédéral se penchera sur la façon de protéger les cyclistes sur les routes canadiennes après de récents incidents médiatisés lors desquels des citoyens ont été tués alors qu’ils circulaient à vélo dans les rues.

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, et ses homologues des provinces et territoires ont accepté de mettre sur pied un groupe de travail sur les usagers vulnérables de la route, comme les cyclistes et les piétons, afin de trouver des façons de réduire les blessures et les décès.

Le groupe de travail, établi par l’intermédiaire du Conseil canadien des administrateurs en transport motorisé, examinera de près la possibilité d’utiliser des caméras, des capteurs ainsi que des protections latérales, en plus d’avoir recours à des programmes de sensibilisation à la sécurité.

Cette idée n’était pas au menu lorsque M. Garneau a rencontré ses homologues, mercredi, mais il a soulevé l’idée après que les maires de Montréal et d’Ottawa, Denis Coderre et Jim Watson, lui eurent fait part, chacun de leur côté, de leurs craintes relativement à la sécurité de leurs rues.

À Montréal, deux cyclistes ont été tués à quelques jours d’intervalle à la fin août, tandis qu’à Ottawa, une jeune femme de 23 ans est morte, plus tôt ce mois-ci, lorsqu’un camion lourd l’a frappée alors qu’elle tournait à droite sur une rue passante du centre-ville.

Par communiqué, Marc Garneau a déclaré que le Canada devait découvrir la meilleure manière d’accroître la sécurité des Canadiens, que ce soit à l’aide de la technologie, de matériel ou d’une approche de sensibilisation.

Aucun échéancier n’a été déterminé pour cet examen.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!