Adrian Wyld Adrian Wyld / La Presse Canadienne

TORONTO — L’administrateur en chef de la santé publique du Canada a déclaré que les statistiques en matière de violence familiale sont «alarmantes» au pays.

En déposant un rapport sur le sujet, vendredi, le Dr Gregory Taylor a précisé que la violence familiale ne concerne pas uniquement la violence physique, mais également la violence sexuelle, émotionnelle, l’exploitation financière et la négligence.

Dans la majorité des cas de violence, les victimes sont des femmes, peut-on lire dans le rapport.

En 2014, près de 58 000 filles et femmes ont été victimes de violence et tous les quatre jours, une femme a été tuée par un membre de sa famille.

Un peu moins de neuf millions de personnes au Canada ont rapporté avoir été victimes de violences commises avant l’âge de 15 ans.

Toujours en 2014, les membres des Premières Nations ont été victimes de meurtres à un rythme six fois supérieur aux Canadiens non autochtones. Les femmes autochtones sont trois fois plus nombreuses à souffrir de violence conjugale que les concitoyennes.

Le rapport stipule également que chaque jour, environ huit aînés sont victimes de violence familiale.

«La violence familiale a des répercussions sur la santé au-delà des blessures physiques. Elle augmente le risque de nombreuses affections, comme la dépression, l’anxiété, le stress post-traumatique ainsi que l’hypertension, le cancer et les maladies cardiaques», a mentionné le Dr Taylor.

Note aux lecteurs: Ceci est une version corrigée. La version précédente indiquait que le tiers des Canadiens avaient rapporté avoir été victimes de violences, ce qui n’est pas exact. Un peu moins de neuf millions ont rapporté avoir été victimes de violences avant l’âge de 15 ans.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!