Denis Labine Des commerces sur la rue Notre-Dame, dans le secteur Griffintown

MONTRÉAL — Un règlement de zonage qui vise à freiner l’embourgeoisement d’un vaste secteur du sud-ouest de Montréal sera soumis à un vote final mardi prochain, au conseil municipal.

S’il est adopté, le règlement empêchera notamment l’ouverture d’un restaurant à moins de 25 mètres d’un établissement du genre déjà existant.

Le règlement soumis le mois dernier vise un tronçon de quatre kilomètres de la rue Notre-Dame Ouest, à l’ouest du quartier du Vieux-Montréal.

Le conseiller de ville de l’arrondissement Sud-Ouest Craig Sauvé, de Projet Montréal, affirme que l’initiative législative est une réponse aux doléances de citoyens qui veulent éviter la prolifération d’établissements chics dans un secteur aux racines ouvrières et industrielles.

Au cours des dernières années, les loyers commerciaux abordables ont attiré des promoteurs de tels établissements dans les quartiers de la Pointe-Saint-Charles, Saint-Henri, Petite-Bourgogne et Griffintown. Des opposants soutiennent que leur arrivée a provoqué une hausse des loyers commerciaux et résidentiels.

David Wachsmuth, professeur à l’École d’urbanisme de l’Université McGill, reconnaît la légitimité des préoccupations des résidants. Il prévient toutefois qu’un règlement de zonage peut restreindre la diversité commerciale d’un quartier et qu’il risque d’être inefficace contre un phénomène pire que l’embourgeoisement, celui de la multiplication des locaux vacants.

Le sort du règlement de zonage pourrait être décidé par un référendum si un nombre suffisant de citoyens le réclament en signant une pétition.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!