MONTRÉAL — Les deux-tiers des Québécois s’opposeraient à l’exploitation des hydrocarbures.

C’est du moins ce qu’indique un sondage SOM, effectué pour le Front commun pour la transition énergétique.

Ainsi, 66 pour cent de la population s’oppose à l’extraction de pétrole et de gaz au Québec. Un nombre similaire refuse que le gouvernement du Québec adopte une loi permettant aux compagnies d’utiliser des procédés comme la fracturation hydraulique, la fracturation à l’acide ou la stimulation des puits à l’acide.

La même proportion estime que le gouvernement ne devrait pas injecter des fonds publics dans des compagnies privées pour faire de la recherche et de la production de pétrole et de gaz.

Pas moins de 88 pour cent des Québécois ne sont pas d’accord pour que le gouvernement vende aux compagnies des licences qui leur donnent un droit d’accès aux propriétés pour rechercher du pétrole ou du gaz, et qui leur permettent de demander l’expropriation si des propriétaires refusent de leur vendre leur terrain pour l’exploitation.

Ce sondage est publié alors que l’étude du projet de loi sur les hydrocarbures, chapitre 4 du projet de loi 106, doit commencer mardi matin à l’Assemblée nationale.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus