MONTRÉAL — Le premier ministre Philippe Couillard a défendu les pratiques de financement de son parti, vendredi, affirmant que le Parti libéral du Québec est maintenant «largement irréprochable» en matière de financement.

De passage à Montréal, le premier ministre a dû défendre les pratiques de financement de son parti, à la suite d’un reportage de Radio-Canada sur le fait que trois collecteurs de fonds du PLQ se seraient enrichis dans le cadre de transactions financières sur des immeubles et auraient placé de l’argent dans des paradis fiscaux.

Ces allégations n’ont toutefois pas été prouvées et l’Unité permanente anticorruption affirme que son enquête sur ce dossier n’est pas terminée.

«On est largement irréprochable dans le domaine du financement maintenant», s’est exclamé Philippe Couillard, qui a rappelé que les dons de particuliers aux partis sont maintenant limités à 100 $.

Il a aussi rappelé que son parti avait déjà remboursé des sommes d’argent, dans le passé, lorsqu’il avait été démontré que celles-ci avaient été recueillies sans que les règles soient respectées.

Les partis d’opposition ont tour à tour fait leurs choux gras de cette histoire vendredi.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a carrément demandé que le PLQ soit privé de financement public jusqu’à ce que l’affaire soit tirée au clair et qu’il soit ensuite contraint à rembourser le tout.

Il a souligné que le PLQ touchait actuellement 3,8 millions $ en fonds publics — ce qui est basé sur le nombre de votes obtenus.

«J’espère que Philippe Couillard est gêné», s’est exclamé M. Legault, au cours d’une conférence de presse à Montréal.

«On parle d’argent sale qui a servi à élire des libéraux. On parle d’argent sale qui est encore dans les coffres du Parti libéral, qui pourra servir pour les élections partielles» prochainement, a critiqué M. Legault.

«Ben voyons donc! C’est encore une fois monsieur Legault qui s’égare!» s’est exclamé M. Couillard, l’invitant à s’occuper de son propre parti plutôt que du Parti libéral.

Le Parti québécois, quant à lui, a dit vouloir savoir qui avait autorisé les transactions immobilières en cause.

La députée péquiste Agnès Maltais a affirmé que la vente de trois immeubles au centre de cette controverse a été inscrite dans le premier budget déposé par l’ex-ministre des Finances Monique Jérôme-Forget.

Mme Maltais a aussi réclamé une enquête sur l’utilisation des fonds provenant de ces transactions.

Dans un reportage diffusé jeudi, Radio-Canada a indiqué que l’ancien président-directeur général de la Société immobilière du Québec (SIQ), Marc-André Fortier, ainsi que trois collecteurs de fonds libéraux, William Bartlett, Franco Fava et Charles Rondeau, se seraient partagé près de 2 millions $ dans le cadre de prolongation de baux.

Lors d’un point de presse, Mme Maltais a demandé à savoir quels sont les liens entre M. Couillard et M. Bartlett.

Interrogé à ce sujet, M. Couillard a décrit M. Bartlett comme un simple «bénévole de la circonscription de Jean-Talon» et a invité ses adversaires politiques à éviter toute «tentative déplorable de culpabilité par association».

«Je trouve ça assez désolant le ton de ces questions-là tout le temps. M. Bartlett est un bénévole de la circonscription de Jean-Talon, point final. Je trouve qu’il y a un petit peu d’enflure actuellement — si vous me permettez l’expression», a critiqué le premier ministre.

Les péquistes souhaitent aussi être informés d’un rapport juricomptable qui contient des détails sur les transactions.

Mme Maltais a répété qu’une commission parlementaire doit être mandatée sur ces allégations afin d’entendre les organisateurs libéraux et l’ancien président-directeur général de la SIQ.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus