Ryan Remiorz Ryan Remiorz / La Presse Canadienne

QUÉBEC — Le premier ministre Philippe Couillard garde espoir qu’une solution puisse être négociée avec Terre-Neuve-et-Labrador, au lendemain de la «décision malheureuse» d’Ottawa d’accorder son aide à un projet hydroélectrique qui concurrencera Hydro-Québec.

M. Couillard a déclaré vendredi que son gouvernement aurait préféré s’entendre avec son voisin, qui a obtenu jeudi l’assurance d’une garantie de prêt supplémentaire de 2,9 milliards $ pour la centrale de Muskrat Falls, dont les coûts de construction ont explosé.

Dans un point de presse, à Montréal, M. Couillard a répété la position de son gouvernement, pour qui l’aide fédérale nuira aux intérêts d’Hydro-Québec, dont les infrastructures n’ont reçu aucun soutien d’Ottawa.

«On voit ça malheureusement comme une action qui met en place une concurrence déloyale, notamment pour la vente d’électricité sur les marchés extérieurs», a-t-il dit.

Jeudi, le ministre des Affaires intergouvernementales, Jean-Marc Fournier, a déclaré que le gouvernement fédéral doit dédommager le Québec et n’a pas écarté pas la possibilité de contester la décision d’Ottawa devant les tribunaux.

Cette aide supplémentaire de 2,9 milliards $ augmente une première garantie de prêt de 6,3 milliards $, accordée en 2013 par le gouvernement fédéral, que le gouvernement québécois avait déjà dénoncée.

Après une annonce au Musée des beaux-arts de Montréal, vendredi, M. Couillard est demeuré plus mesuré que son ministre, la veille, en maintenant son ouverture au dialogue avec Terre-Neuve-et-Labrador.

«Ce qu’on avait demandé de faire, plutôt que d’aller dans cette direction où on veut créer un gagnant et un perdant, c’est de travailler gagnant-gagnant avec Terre-Neuve sur des projets communs, de la création d’emplois commune et de la création de prospérité commune et là-dessus, mon offre est encore ouverte, a-t-il dit. Mais cette décision du gouvernement, disons, selon moi, est malheureuse.»

Les coûts de construction de la centrale hydroélectrique, estimés au départ à 7,4 milliards $, sont passés à plus de 11 milliards $, selon un bilan établi l’été dernier.

La semaine dernière, Ottawa avait confirmé la réception d’une demande de Terre-Neuve pour augmenter la garantie de prêt.

Le chef caquiste François Legault a attribué la décision du gouvernement libéral de Justin Trudeau au manque de vigueur de M. Couillard.

«C’est injuste, a-t-il dit. Ça vient montrer une chose, c’est que M. Trudeau n’a aucun respect pour M. Couillard. Il n’est pas inquiet que M. Couillard se fâche contre le gouvernement fédéral. M. Couillard est à genoux devant le gouvernement fédéral et on en subit les conséquences.»

La société Nalcor est responsable de la construction du barrage et de la centrale sur le fleuve Churchill, ainsi que d’une ligne de transport jusque sur l’île de Terre-Neuve.

Emera doit construire ensuite une ligne de transport sous-marine de 180 km, afin de relier la Nouvelle-Écosse, au coût de 1,2 milliard $.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus