Josie Desmarais Lucien Bouchard

MONTRÉAL — L’ex-premier ministre Lucien Bouchard dit s’attendre à «un resserrement très considérable et très strict de la protection des activités journalistiques» à l’issue des enquêtes déclenchées dans la foulée des révélations entourant la surveillance de journalistes par des corps policiers.

Lors d’un entretien avec Cogeco nouvelles, ce week-end, M. Bouchard a avoué avoir été étonné de découvrir ce qu’il a appelé «un trou dans le filet de protection des sources» des journalistes.

L’ex-premier ministre s’est cependant surtout dit «surpris de voir qu’on pouvait aussi facilement émettre des mandats qui apportaient autant de restrictions à la liberté des journalistes».

Plus précisément, Lucien Bouchard a émis l’opinion qu’il n’était «pas normal» d’octroyer le pouvoir d’émettre des mandats visant les médias à des juges de paix plutôt qu’à des instances supérieures, ajoutant que ce qui s’était fait dans les cas de surveillance dévoilés n’avait «pas de bon sens» et qu’il était «très clair qu’il faut redresser le système».

L’ancien premier ministre se dit toutefois confiant de voir les «trous être comblés» avec les enquêtes en cours.

Selon lui, les recommandations émanant de ces enquêtes devraient permettre d’ajouter «un filtre additionnel pour protéger plus adéquatement les (…) journalistes».

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus