Jonathan Hayward/THE CANADIAN PRESS

En tout, 73% des Québécois déclarent ne pas avoir confiance dans l’Office national de l’énergie (ONÉ) pour évaluer objectivement le projet de pipeline Énergie Est, selon un sondage.

C’est ce qui ressort d’un sondage SOM commandé par plusieurs groupes écologistes et réalisé auprès de 1020 citoyens du 6 au 17 octobre dernier.

L’organisme fédéral chargé de superviser les projets de pipelines est dans l’eau chaude depuis que deux des commissaires, ainsi que le président se sont récusés après avoir rencontré l’ancien premier ministre du Québec Jean Charest, alors consultant de l’entreprise albertaine derrière le projet.

Toujours selon le sondage, 89% des répondants sont en faveur de la reforme complète de l’organisme. Il s’agit d’une promesse du premier ministre Justin Trudeau, mais ce dernier n’envisage pas de remettre en cause le processus pour les projets déjà en cours d’analyse, dont Énergie Est fait partie.

«Comment monsieur Trudeau peut-il penser que les citoyens croiront en des évaluations dont il a lui-même désavoué la crédibilité?» a déclaré par communiqué Carole Dupuis, du Regroupement vigilance hydrocarbures Québec.

«Nous lui demandons de laisser aux experts le temps de faire leur travail et de ne reprendre l’étude de ces énormes projets pipeliniers qu’après avoir rétabli un cadre crédible qui s’appuiera véritablement sur la science et l’intérêt public», a-t-elle ajouté.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus