OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau a soutenu, jeudi, qu’Ottawa continuera de lutter à plein régime contre les changements climatiques, et ce, malgré l’arrivée de Donald Trump aux portes de la Maison-Blanche.

M. Trudeau affirme que son gouvernement ira de l’avant avec sa stratégie environnementale, qui comprend notamment l’imposition d’une taxe sur les émissions de carbone.

M. Trudeau a annoncé, le mois dernier, l’imposition d’un prix de 10 $ la tonne dès 2018. Ce tarif national doit augmenter de 10 $ par année jusqu’à atteindre 50 $ la tonne, en 2022.

Depuis son élection, à l’automne 2015, le premier ministre libéral a travaillé main dans la main avec le président sortant des États-Unis sur le plan environnemental.

Barack Obama et Justin Trudeau avaient conjointement fait l’annonce d’une baisse importante des émissions de méthane à l’occasion du dîner d’État à Washington, en mars dernier. Le Mexique s’est par ailleurs joint à eux pour élaborer un plan d’action sur le climat qui englobe l’ensemble de l’Amérique du Nord.

Toutefois, le président désigné Trump estime quant à lui que le réchauffement planétaire n’est qu’un canular. En campagne électorale, il s’est engagé à retirer les États-Unis de l’Accord de Paris sur le climat et à relancer l’exploitation de combustibles fossiles, dont le charbon.

De passage à Sydney, en Nouvelle-Écosse, le premier ministre Trudeau a souligné que l’inaction en matière d’environnement entraîne des répercussions sur l’économie.

«Nous savons qu’imposer un prix sur la pollution par le carbone permet d’améliorer notre manière de relever les défis économiques, de créer de bons emplois pour l’avenir, de faire preuve du leadership que le monde entier recherche et de présenter les solutions qui vont de pair avec ce leadership», a-t-il déclaré jeudi.

Le communiqué dans lequel Justin Trudeau a félicité Donald Trump pour son élection, transmis mercredi, ne fait cependant aucune mention de l’environnement.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus