Jacques Boissinot / La Presse Canadienne Philippe Couillard

MARRAKECH, Maroc — François Legault «défonce des portes ouvertes» en proposant aux Québécois une deuxième baie James, a raillé Philippe Couillard, lundi.

Il réagissait ainsi au projet mis en valeur par le chef caquiste, dimanche, au terme du congrès de son parti: un éventuel gouvernement caquiste voudrait augmenter la capacité hydroélectrique du Québec pour en faire un centre d’exportation vers des provinces canadiennes et des États de la Nouvelle-Angleterre.

M. Legault n’a pas donné de détails sur l’ampleur des budgets et le nombre d’emplois qu’il associe avec ce projet, qu’il a présenté comme une «baie James du XXIe siècle».

«J’ai du mal à suivre M. Legault, je crois qu’il défonce des portes ouvertes», a déclaré M. Couillard à son premier jour de participation à la COP22, la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, à Marrakech, au Maroc.

«Il annonce ce qui existe déjà, c’est bizarre», a-t-il ironisé.

Le Québec fait déjà tout ce que le chef caquiste préconise, estime son adversaire libéral. Le premier ministre a rappelé que son gouvernement a signé récemment une entente d’exportation d’électricité avec l’Ontario et qu’Hydro-Québec est déjà présente sur les marchés américains.

Il a aussi évoqué un grand chantier hydroélectrique qui est toujours en cours, soit le projet de la Romaine, sur la Côte-Nord.

M. Couillard a lancé une mise en garde contre une course effrénée à la production d’électricité mal planifiée. Il a aussi laissé entendre que le chef caquiste était mal informé.

«Il faut absolument que, lorsqu’on développe de l’énergie (sic), elle corresponde à ce dont on a besoin, maintenant, pour notre utilisation, demain, mais également pour nos exportations. Est-ce qu’il y aura un jour d’autres projets hydroélectriques? Peut-être, mais M. Legault manque d’information.»

Le premier ministre lui suggère de rencontrer les représentants d’Hydro-Québec qui lui expliqueraient les projets en cours et les démarches faites aux États-Unis et ailleurs sur la planète pour augmenter les échanges de la société d’État.

M. Legault a fait savoir qu’il ferait connaître les contours de son projet en 2017. Il a dit vouloir que le Québec devienne le centre, l’opérateur, le producteur d’énergie le plus important dans le nord-est de l’Amérique du Nord.

Le chef de la CAQ a aussi dit qu’il serait prêt à proposer un partenariat aux provinces souhaitant devenir actionnaires des projets d’exportations.

M. Legault juge que les contrats actuels d’exportation d’Hydro-Québec vers les autres provinces et les États de la Nouvelle-Angleterre sont actuellement «un petit pas».

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!