PESSAMIT, Qc — Accusant Hydro-Québec de porter atteinte à leurs droits ancestraux, les Innus de Pessamit servent à la société d’État deux mises en demeure.

La première lettre de mise en demeure enjoint Hydro-Québec d’interrompre immédiatement le rehaussement du réservoir Manicouagan, tandis que la seconde lui demande de faire en sorte que cesse l’actuelle gestion hydraulique causant l’arrachement et l’entraînement des berges de la rivière Betsiamites.

Le Conseil des Innus de Pessamit explique qu’Hydro-Québec a amorcé en 2016 un processus de rehaussement du niveau d’eau sans l’avoir consulté et qu’en agissant de la sorte, la société d’État a manqué à l’obligation constitutionnelle de consultation relativement aux droits des nations autochtones.

Dans sa mise en demeure datée du 16 novembre dernier, le Conseil note qu’Hydro-Québec ne prend aucune mesure environnementale particulière pour gérer les impacts environnementaux du rehaussement. Les Innus soulignent qu’il est établi scientifiquement que l’inondation d’un milieu forestier provoque la libération dans l’eau de méthyl-mercure.

Selon le Conseil, «rien n’autorise aujourd’hui (Hydro-Québec) à s’approprier des terres qu’elle n’a pas occupées depuis 40 ans, qui sont occupées actuellement par des Innus et sur lesquelles ils n’ont jamais cédé leurs droits».

Par ailleurs, le Conseil des Innus de Pessamit exige qu’Hydro-Québec mette fin sans délai aux fluctuations de débit qui affectent la rivière Betsiamites et qu’elle en rétablisse le flot naturel, soulignant que la gestion hydraulique de cette rivière a des effets irréparables sur le poisson et son habitat.

«Il est inconcevable qu’Hydro-Québec puisse appliquer à une rivière de cette importance, ainsi qu’à une espèce désignée « préoccupante » (le saumon de l’Atlantique) de pareilles fluctuations de débit, d’autant plus que les barrages Bersimis 1 et 2 furent érigés sans consultation et sans le consentement des Innus», déplore le Conseil dans un communiqué.

Le Conseil indique qu’en agissant de la sorte dans ces deux dossiers, Hydro-Québec enfreint des lois et que si elle ne cesse pas ces pratiques jugées répréhensibles et inacceptables, les Innus réservent tous leurs recours incluant celui de demander aux ministres compétents d’exercer leurs pouvoirs afin de contraindre la société d’État à cesser d’agir dans l’illégalité.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus