Mario Beauregard/Métro Les porte-parole de Québec solidaire Françoise David et Andrés Fontecilla .

QUÉBEC — Réunis en conseil national ce week-end à Québec, les militants de Québec solidaire débattront de la poursuite de l’implication du parti au sein des Organisations unies pour l’indépendance (OUI Québec) ainsi que de possibles collaborations avec d’autres formations.

En entrevue à La Presse canadienne, la députée Françoise David admet que pour déloger les libéraux du pouvoir, des alliances avec des organisations politiques et civiles seront nécessaires. «Ni Québec solidaire, ni le Parti québécois ne pourrait battre seul le Parti libéral», affirme-t-elle.

Mais un rapprochement avec le Parti québécois semble pour l’instant lointain. La députée de Gouin soutient que le PQ devra décider de son coté s’il est prêt à se joindre à une vaste coalition des forces vives qui veulent un véritable changement au plan de la justice fiscale et sociale au Québec.

Françoise David estime que «le problème du PQ, c’est qu’il clignote à gauche dans l’opposition et qu’il tourne à droite lorsqu’il prend le pouvoir». Il faut donc, selon Mme David, que le parti de Jean-François Lisée «fasse la preuve qu’il veut bousculer l’ordre établi».

«Québec solidaire voudrait s’allier à des syndicats, des comités citoyens, des organismes communautaires et à «certains» membres du Parti québécois et d’Option nationale pour battre les libéraux», dit Mme David.

Elle dit comprendre que les Américains et les citoyens de certains pays européens aient versé vers la droite, parce qu’ils sont «désabusés et cyniques face aux promesses non tenues de gouvernements dits sociaux-démocrates». Selon elle, il faut mettre sur pied un projet mobilisateur pour «intéresser les gens ordinaires», et Québec solidaire est «bien placé pour mener à bien l’initiative».

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus