Quatre élections partielles auront lieu au Québec le 5 décembre, ce qui portera à 13 le nombre de députés de l’Assemblée nationale ayant du être remplacés en cours de mandat depuis les élections générales du 7 avril 2014. Afin de s’y retrouver, Métro dresse un récapitulatif des mouvements de personnel, des chiffres à retenir et de la performance des partis.

À la fin de 2016, pas moins de 10 % des élus de la 41e législature auront été remplacés. «On peut imaginer un scénario où autant de départs feraient la différence entre un gouvernement majoritaire ou minoritaire, rappelle le professeur adjoint au Département de science politique de l’Université Laval, Marc André Bodet*. Les libéraux ont toutefois une majorité suffisante pour ne pas être menacés.»

Malgré l’austérité et les nombreuses controverses éthiques, l’aiguille a peu bougé pour les libéraux dans les neuf complémentaires tenues depuis 2014. Un signe de satisfaction de l’électorat? «Les victoires des libéraux ont eu lieu dans des circonscriptions acquises. Ce n’étaient pas des élections compétitives, explique M. Bodet. Je ne pense donc pas qu’on puisse parler d’un référendum sur les performances du gouvernement.»

Le chercheur indique toutefois que la ronde de partielles qui s’en vient servira de baromètre pour les principaux partis d’opposition. «Si la Coalition avenir Québec (CAQ) trébuche dans Saint-Jérôme, ça pourrait sérieusement miner sa confiance», analyse-t-il. Le parti de François Legault a eu du mal à tirer son épingle du jeu dans les partielles. Exception faite de Richelieu et de Lévis – où le parti a fait élire l’ex-animateur François Paradis –, le vote de la CAQ s’est effrité partout.

«Le parti a des difficultés d’organisation sur le terrain et peine à attirer des candidats-vedette. Comme rien n’indique que la formation peut prendre le pouvoir à court terme, se faire élire avec la CAQ reste synonyme de siéger dans l’opposition», résume Marc André Bodet.

Pour le Parti québécois (PQ), qui remonte tranquillement dans les sondages depuis l’élection de son nouveau chef, les partielles sont une occasion de remobiliser ses électeurs démotivés. «Le jeu de Jean-François Lisée, c’est de créer un engouement pour 2018, estime le politologue. S’il disance réellement ses adversaires dans Saint-Jérôme et Marie-Victorin, le PQ aura une marche sur laquelle s’appuyer pour grimper encore plus haut.»

Bien que les petits partis obtiennent généralement de meilleurs résultats dans les élections partielles, l’expert ne voit pas Québec solidaire (QS) causer de surprise en décembre, même s’il avait fait bonne figure dans Verdun, Marie-Victorin et Saint-Jérôme en 2014, obtenant chaque fois plus ou moins 10 % des votes. «Les cas où le vote des petits partis explose dans une partielle sont rares. En gagnant quelques points, ils peuvent toutefois rendre moins confortables les majorités des grands partis», précise M. Bodet.

Qu’à cela ne tienne, toutes les formations politiques ont un intérêt stratégique à bien faire dans les partielles. «Nous vivons dans une ère de campagne permanente, souligne-t-il. Un parti qui essuie un revers difficile peut perdre le contrôle de son agenda politique. Ça change les questions des journalistes, ça force le chef à se défendre… On peut traîner une mauvaise performance longtemps.»

Neuf départs

Neuf arrivées

actu-partielles-christian-dube
  • Christian Dubé, Lévis
  • Coalition avenir Québec
  • Départ pour un poste à la Caisse de dépôt le
    15 août 2014
  • François Paradis, Lévis
  • Coalition avenir Québec
  • Élu le 20 octobre 2014
actu-partielles-franc%cc%a7ois-paradis
  • Élaine Zakaïb, Richelieu
  • Parti québécois
  • Départ pour
    un poste à la compagnie Jacob le 29 septembre 2014
  • Sylvain Rochon, Richelieu
  • Parti québécois
  • Élu le 9 mars 2015
 actu-partielles-sylvain-rochon
actu-partielles-yves-bolduc
  • Yves Bolduc, Jean-Talon
  • Parti libéral
    du Québec
  • Retour
    à la pratique médicale
    le 26 février 2015
  • Sébastien Proulx, Jean-Talon
  • Parti libéral
    du Québec
  • Élu le 8 juin 2015
Sebastien Proulx
Action Democratique du Quebec Leader Gerard Deltell comments on a members vote to join the Coalition Avenir Quebec (CAQ) as Christian Levesque, president of the ADQ, right, looks on Sunday, January 22, 2012 at the legislature in Quebec City. Members of the ADQ voted at 70,5% for the proposition to merge with the CAQ. THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot
  • Gérard Deltell, Chauveau
  • CAQ
  • Départ le 7 avril 2015 pour le Parti conser­vateur
    du Canada
  • Véronyque Tremblay, Chauveau

  • Parti libéral
    du Québec
  • Élue le 8 juin 2015
 actu-partielles-veronyque-tremblay
actu-partielles-marguerite-blais
  • Marguerite Blais,
    Saint-Henri–Sainte-Anne
  • Parti libéral
    du Québec
  • Départ pour
    des raisons personnelles
    le 20 août 2015
  • Dominique Anglade,
    Saint-Henri–Sainte-Anne
  • Parti libéral
    du Québec
  • Élue le 9 novembre 2015

Economy, Science and Innovation Minister Dominique Anglade is sworn in as government secretary general Roberto Iglesias stands by, during a ceremony Thursday, January 28, 2016 at the legislature in Quebec City. THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot

actu-partielles-gilles-ouimet
  • Gilles Ouimet, Fabre
  • Parti libéral
    du Québec
  • Départ pour
    des raisons personnelles
    le 24 août 2015
  • Monique Sauvé, Fabre
  • Parti libéral
    du Québec
  • Élue le 9 novembre 2015
actu-partielles-monique-sauve

AppleMark

  • Marjolain Dufour, René-Lévesque
  • Parti québécois
  • Départ
    pour des raisons de santé le 3 septembre 2015
  • Martin Ouellet, René-Lévesque
  • Parti québécois
  • Élu le 9 novembre 2015
actu-partielles-martin-ouellet
Robert Dutil
  • Robert Dutil, Beauce-Sud
  • Parti libéral
    du Québec
  • Départ pour
    un poste au sein
    de l’entreprise Canam le 22 septembre 2015
  • Paul Busque, Beauce-Sud
  • Parti libéral
    du Québec
  • Élu le 9 novembre 2015
 actu-partielles-paul-busque

Quebec Treasury Board president Stephane Bedard responds to questions Thursday, November 22, 2012 at the legislature in Quebec City. THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot

  • Stéphane Bédard, Chicoutimi
  • Parti québécois
  • Départ pour
    des raisons personnelles le
    22 octobre 2015
  • Mireille Jean, Chicoutimi
  • Parti québécois
  • Élue le 11 avril 2016
actu-partielles-mireille-jean

Coût des élections

Variation moyenne

Jusqu’à maintenant, le PQ est la formation qui a le plus amélioré ses résultats par rapport à ceux des élections générales (+2,44 %). Alors que les performances du PLQ et de QS se sont légèrement améliorées (+0,02 % et +0,88 %), la CAQ est le seul parti à avoir enregistré une variation moyenne négative de ses appuis (-4,92 %). Tous les calculs de Métro ont été faits à partir des résultats officiels publiés par le DGEQ.

graphique-partielles-2016

Des hauts et des bas

D’une circonscription à l’autre, chacun des quatre principaux partis a connu de bonnes et de moins bonnes performances.

actu-logo-plqPLQ
Meilleure amélioration: +17,24 % dans René-Lévesque
Pire déclin: -13,82 % dans Saint-Henri–Sainte-Anne

actu-logo-pqPQ
Meilleure amélioration: +12,24 % dans Chicoutimi
Pire déclin: -8,33 % dans Lévis

actu-logo-caqCAQ
Meilleure amélioration: +6,3 % dans Lévis
Pire déclin: -18,72 % dans Chauveau

actu-logo-quebec-solidaireQS
Meilleure amélioration: +10,07 % dans Saint-Henri–Sainte-Anne
Pire déclin: -2,63 % dans Richelieu

 

Taux de participation

Quatre sièges
à combler

  • Saint-Jérôme
  • En raison de
    la démission,
    le 2 mai, du chef péquiste Pierre Karl Péladeau pour des raisons familiales
  • Marie-Victorin
  • En raison de
    la démission,
    le 13 juin, du député péquiste Bernard Drainville pour
    un retour dans
    les médias

  • Arthabaska
  • En raison
    du décès,
    le 31 juillet,
    de la députée indépendante Sylvie Roy
  • Verdun
  • En raison de
    la démission,
    le 26 août, du ministre libéral Jacques Daoust
    à la suite de
    la controverse entourant la
    vente des actions
    de Rona

*Le professeur Marc André Bodet, de l’Université Laval, co-signe avec Ariane Blais-Lacombe, de l’Université d’Ottawa, une analyse des élections partielles au Québec depuis 1970, à paraître dans la revue Politique et Sociétés.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus