OTTAWA — Les fermiers aux prises avec des situations d’urgence liées à l’élevage doivent pouvoir recevoir de l’aide gouvernementale plus tôt, ont fait valoir vendredi les conservateurs et une organisation d’éleveurs bovins, alors qu’une éclosion de tuberculose bovine sévit dans l’Ouest canadien.

Si Ottawa a promis d’offrir son aide financière aux éleveurs qui doivent placer leur bétail en quarantaine, une solution plus permanente doit être mise en place en vue des prochaines éclosions qui pourraient survenir, soutient l’Association canadienne des éleveurs de bovins (CCA).

Jusqu’ici, la mise en quarantaine vise 35 fermes d’exploitation bovine du sud-est de l’Alberta et du sud-ouest de la Saskatchewan comptant 22 000 bêtes. L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) s’affaire à déceler le foyer d’origine de la maladie et à évaluer l’entendue des dégâts au sein des troupeaux.

Environ cinq animaux de la ferme de Brad Osadczuk étaient porteurs de la maladie bactérienne contagieuse. Le premier cas d’infection a été décelé chez un animal abattu aux États-Unis à la mi-septembre.

Pendant que Brad Osadczuk et les autres producteurs touchés par la crise attendent que les inspecteurs de l’ACIA finissent leurs analyses — ce qui pourrait prendre des mois — ils ne peuvent pas vendre ou déplacer leurs animaux. Ils doivent néanmoins continuer de nourrir leurs bêtes.

S’il estime que la plupart des animaux devraient être jugés en bonne santé, le directeur de la CCA, John Masswohl, souligne que les fermiers auront entre-temps essuyé des pertes considérables.

Un programme d’avance financière est accessible pour les éleveurs qui ont besoin de soutien pour nourrir leurs animaux avant qu’ils se retrouvent sur le marché. Ce dernier est toutefois structuré sous forme de prêts qui doivent être remboursés. Les producteurs craignent de ne pouvoir repayer de telles sommes s’ils doivent vendre leurs animaux qui auront perdu de la valeur à une fraction du prix régulier.

Le ministre canadien de l’Agriculture, Lawrence MacAulay, a assuré vendredi que le gouvernement viendra en aide aux éleveurs en difficulté. Il n’a toutefois fourni aucun détail sur les moyens qui seront mis de l’avant, se contentant d’évoquer l’idée d’un allégement des intérêts pour les agriculteurs contraints à demander des prêts d’urgence.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus