SAINT-JEAN, T.-N.-L. — Une enquête sur la mort d’un homme de Terre-Neuve tué par balles, chez lui, par un policier indique que la confrontation mortelle entre les deux hommes n’aurait jamais dû se produire.

Le juge à la retraite David Riche, qui a supervisé l’enquête de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) sur l’incident survenu le dimanche de Pâques 2015, soulève également des questions au sujet de l’arme retrouvée au domicile de la victime, Don Dunphy.

Dans son rapport de 23 pages rendu public lundi, M. Riche affirme que les coups de feu dirigés vers la tête de Don Dunphy «n’étaient pas nécessaires pour le rendre incapable de causer des blessures». Il se demande également pourquoi l’agent Joe Smyth a continué de tirer vers la victime, surtout le dernier coup, qui est arrivé très près de la tête de Don Dunphy alors que celui-ci ne bougeait pas.

L’agent Smyth, un membre de la force royale constabulaire de Terre-Neuve qui assurait la sécurité du premier ministre de l’époque, Paul Davis, a tiré quatre fois en direction de Don Dunphy. Le policier s’était rendu seul au domicile de la victime dans un VUS banalisé, après que le personnel de Paul Davis eut fait état de commentaires potentiellement menaçants sur les médias sociaux.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus