Justin Tang Justin Tang / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le gouvernement fédéral envisage de désigner une troisième langue officielle: la langue des signes.

Selon une note obtenue par La Presse canadienne en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, Ottawa se penche sur sa reconnaissance en Nouvelle-Zélande, en Écosse, en Finlande ainsi qu’en Suède.

La note à l’intention de la ministre des Personnes handicapées, Carla Qualtrough, souligne que dans un passé pas si lointain, la langue des signes était interdite dans les salles de classe.

Les Canadiens sourds, malentendants ou qui communiquent ainsi par choix ont recours à la langue des signes québécoise (LSQ) ou à sa version américaine, l’ASL.

Si les libéraux vont de l’avant, tout service fédéral devra être assuré en français, en anglais et en langue des signes.

Lorsqu’interrogée sur le sujet, jeudi, la ministre Qualtrough a dit vouloir se pencher sur «les obstacles à l’inclusion des Canadiens ayant un handicap ou une limitation d’activité».

«Je tiens vraiment à m’assurer que cette culture, cette langue soit protégée dans une certaine mesure», a-t-elle lancé.

En 2010, le Canada a ratifié la Convention des Nations unies relatives aux droits des personnes handicapées qui invite les pays à élever la langue des signes à ce rang.

Des consultations sont en cours quant à une loi fédérale sur l’accessibilité qu’Ottawa cherche à adopter vers la fin de 2017.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus